Imprimer cette page

Économiquement parlant…

IBernard Callebaut de Papa Chocolat s'est avéré le coup de coeur des Rendez-vous économique.l aura fallu attendre 10 ans avant de voir le monde des affaires francophone être réuni autour d’un forum économique, mais cette attente en valait la peine… Ils étaient près d’une centaine à s’être réunis dans le quartier francophone, les 18 et 19 novembre derniers, pour participer aux Rendez-vous économiques 2011.

Fruit d’une demande du monde entrepreunarial à la suite de consultations menées par le Conseil de développement économique de l’Alberta (CDÉA) à l’automne 2010, ce forum aura permis aux gens d’affaires de réseauter, d’échanger, d’apprendre et de découvrir certains bons et d’autres moins bons coups de collègues.

Comme l’a très bien résumé le directeur général du CDÉA, Marc Tremblay, il y avait de « la magie dans l’air » au cours de cette journée et demie de rencontre.


Parmi tout ce qui a été offert aux participants, la conférence de clôture, celle de Bernard Callebaut, a certes été le coup de cœur de ce forum. Franc, direct et sincère, l’homme dont le nom est associé au chocolat n’a pas hésité à prendre le blâme pour la déroute de son entreprise depuis 2008. « À un moment donné, il faut que quelqu’un assume la responsabilité de ce qui nous est arrivé », a lancé l’homme d’affaires d’origine belge, qui est établi à Calgary depuis plus de 20 ans, en se pointant du doigt.

Comme tout entrepreneur, des erreurs, il en a commis en cours de route. Les admettre devant un auditoire captif a rendu le chocolatier encore plus sympathique qu’il ne l’était. L’ovation debout qui lui a été accordée au terme de son allocution parlait d’elle-même. D’ailleurs, comme il l’a fait remarquer, sa plus grande erreur, il doit l’affronter tous les jours. En effet, celui qui tente de se refaire un nom sous l’entreprise Papa Chocolat doit affronter son compétiteur qui lui, porte légalement son nom : Chocolaterie Bernard Callebaut.

Les deux autres conférenciers, en l’occurrence Pierre Paré de Korite International et Joseph Doucet de l’Alberta School of Business, auront également répondu aux attentes. Le premier aura permis aux gens présents de découvrir comment l’homme d’affaires a développé son industrie sur une nouvelle pierre précieuse, l’ammolite, et le second aura réussi à rassurer l’auditoire par son positivisme quant à l’avenir de l’économie albertaine.

Les ateliers ont aussi permis de toucher plusieurs aspects du développement économique, que ce soit le mentorat, le réseautage, les médias sociaux et le secteur coopératif.

Devant l’engouement des gens présents, le CDÉA, qui envisageait la possibilité de tenir une deuxième édition en 2012, s’est ravisé en cours de route pour confirmer que les Rendez-vous économiques seront de retour.

L’enthousiasme des participants était tel qu’il faut se demander ce qu’a fait l’organisme au cours des 10 dernières années pour ne pas présenter un tel évènement. Plutôt que de chercher un ou des coupables, tournons-nous vers l’avenir et espérons que ce lieu de rassemblement des gens d’affaires francophone devienne quelque chose qui est fait annuellement.

Les entrepreneurs, qui ont démontré la pertinence de ce forum par leur participation active, n’hésiteront certainement pas à répondre de nouveau à l’appel.

 

 

Évaluer cet élément
(0 Votes)