Imprimer cette page

L'envie d'avancer !

L’équipe du Franco est heureuse de reprendre du service après l’exercice annuel de la Revue de l’année 2017. Dans le cadre de cette seconde édition, le journal souhaite une excellente année 2018 à tous les francophones et francophiles d’ici et d’ailleurs. Le leitmotiv pour cette année tiendra en un mot : avancer! Et c’est cette envie quasi furieuse et contagieuse que nous avons tenu à vous partager dans ce premier édito de l’année.

Avancer droit devant

« Je vous souhaite des rêves à n’en plus finir… et l’envie furieuse d’en réaliser quelques-uns ». Ce sont sur les belles paroles de Jacques Brel écrites et entendues le 1er janvier 1968  sur les ondes d’Europe 1, que Le Franco redémarre, avec l’envie d’innover, de moderniser, mais aussi surtout d’évoluer.

L’année 2017 aura eu son lot de tumultes, connu quelques défis sur le plan financier, subi les mauvaises intentions de quelques personnes égarées, fait face à l’incompréhension de certaines personnes dépassées. Mais contre toute attente, 2017 aura également été l’année de la solidarité, du soutien indéfectible de personnes dévouées, tant auprès de la communauté que du journal Le Franco. Ces personnes nous tenons à les saluer.

C’est dans l’adversité que l’on distingue qui sont nos amis, de nos ennemis.  Parfois on est étonné! Vous avez des personnes qui se tiennent à vos côtés et vous n’auriez jamais pensé; quand d’autres vendraient père et mère, guidés par l’envie maladive de juste briller.

L’année 2017 pourrait facilement se résumer ainsi : on en apprend tous les jours et rien n’est impossible.  Et justement ce qui rend les choses possibles, c’est l’envie, une conviction profonde, l’instinct presque viscéral de bien faire les choses.

Tout projet, toute entreprise qui partent de cette conviction, d’une vision, valent toujours la peine d’être écoutés. Le désir que l’on met dans les choses fait toujours une grande différence dans les actions que l’on pose ou les projets que nous forgeons.  

Sans conviction, et sans passion, nous ne serions que des coquilles vides. « Je vous souhaite de souhaiter. Je vous souhaite de désirer. Le bonheur, c’est déjà vouloir. Comme en droit pénal, l’intention vaut l’action », écrivait Jacques Brel.

Et c’est cette envie que j’ai eu envie de partager avec chacun d’entre vous à l’aube de 2018. Soyons courageux, soyons passionnés, soyons inspirés! Regardons dans la même direction.

L’année 2017 se sera terminée sur une note positive, à savoir le début d’un dialogue avec la nouvelle présidence de l’ACFA, M. Marc Arnal. Des projets il y en a déjà. Et pour commencer l’année en beauté et souligner l’envie commune de collaborer, l’élaboration d’un CA  indépendant pour le journal le Franco est en train de se concrétiser. Nous vous tiendrons bien sûr informés des avancées. Et encore une fois, bonne année !

Évaluer cet élément
(0 Votes)