Qu’est-ce que l’indépendance d’un journal communautaire ?

Jusqu’à très récemment, on m’a encore demandé en quoi consistait le rôle d’un journal communautaire. Une question essentielle qui revêt tout son sens à l’annonce de la charte de la presse écrite de langue française en situation minoritaire par l’APF. Certains y voient un moment historique en matière de presse francophone et se réjouissent de cette nouvelle, tandis que d’autres ne préfèrent pas se prononcer. Le Franco, au même titre que les journaux communautaires, est une chance unique de parler d’une communauté dans ses joies et dans ses peines, dans ses défis et dans ses réussites, dans ses forces et ses faiblesses. C’est là tout le rôle, et le défi, du Franco.

 

 

Le phénomène des fausses nouvelles aux États-Unis montre l’importance d’un journal communautaire. Un journal par définition a un rôle social et démocratique, et se doit de relayer l’information. Ce dernier est bien souvent considéré comme la mesure du pouls d’une communauté. Être sur le terrain permet d’être près des gens, et bien souvent la parole et l’écoute permettent d’aborder des problématiques moins convenues et in fine peuvent éclaircir des situations embrouillées.

 

Cependant, la critique, quand elle est étayée et justifiée, ne fait pas d’un journaliste un détracteur. La bienveillance et la complaisance systématiques ne rendent pas service à une communauté. Bien au contraire, la critique participe à l’exercice d’un journalisme constructif, à parler d’enjeux que personne n’abordera autrement. Si le Franco disparaissait demain, qui assumerait son rôle ? Il est important de réaliser notre chance d’avoir un média de proximité.

 

Peur de déplaire, de froisser, de sortir du rang, d’avoir une étiquette. C’est avec une conscience aiguë que j’ai publié ces dernières semaines des articles qui ont dérangé certaines personnes, et en ont éclairé d’autres. Mon objectif, comme celui de tout bon journaliste, est motivé par l’envie de comprendre, le questionnement, la recherche afin d’amener ces résultats à votre attention.

 

Se poser des questions, avoir un sens critique est un exercice sain. Quand on impose un comité de contenu au nom de la communauté, quand on empêche des médias d’accéder et d’assister à certains événements, toujours au nom de la communauté, c’est à cet instant précis que la ligne rouge est franchie. Le Franco n’est pas la gazette d’un organisme, c’est un média indépendant, un journal à part entière.

 

Des articles sur certains organismes m’ont valu la désapprobation de membres de la communauté. Ils se sont exprimés par voie de presse et je tiens à les en remercier. Car le principe démocratique, c’est d’avoir la possibilité de s’exprimer dans nos désaccords. Le Franco offre d’ailleurs un droit de réponse sur la plateforme qu’est la lettre aux lecteurs. Et je vous invite tous à vous exprimer dans les pages du journal de la communauté, Le Franco.

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Aller au haut