Imprimer cette page

Le Franco : un journal, pas un outil de communication

Le Journal Le Franco existe depuis de nombreuses années - 1928 pour être exact. Selon son mandat, il représente et parle de la communauté francophone. Dernièrement, un événement m'a fait réfléchir sur la manière dont Le Franco était perçu par certains représentants de la communauté. Pourquoi cette perception existe-t-elle ? Quel est le rôle d'un journal communautaire, en situation minoritaire ? Toutes ces questions me semblent essentielles à la bonne santé de la communauté.

En tant que seul journal francophone de l’Alberta, il n'est pas rare d'être contacté afin de rédiger un article sur un événement ou une rencontre importante. Cependant, si le journal se veut être le témoin de ces événements, il n'est pas pour autant un outil de communication, voire une caution pour la bonne marche de certaines négociations.

L’écriture d’un article, et la façon dont il est rédigé, n’est pas un travail anodin. D’un côté, il y a le travail de communicant qui consiste à représenter et défendre au mieux les intérêts d’un organisme, ou d’une institution. De l’autre, le travail de journaliste consiste, lui, à couvrir et interroger au besoin l’actualité. Il cherche à mettre en lumière des aspects importants aux yeux des Franco-Albertains. Critiquer, agir en contre-pouvoir, peut donner pour certains une impression de négativité. Cependant, le rôle du journaliste ne consiste pas à être à tout prix populaire, aimé, ni détesté.

Il consiste bel et bien à représenter, mais aussi aborder et soulever des enjeux, des problématiques et des situations qui ont un impact direct sur la vie de la communauté. Débattre et informer permet ainsi au processus démocratique de s’exercer pleinement.

Les raisons de cette perception relèveraient-elles aujourd’hui de la simple confusion de genre, ou bien d’une mauvaise information relayée au fil des années sur le rôle du journal ? Certes, Le Franco sera toujours du côté de la communauté. Néanmoins il ne peut être conçu comme un moyen de promotion pour obtenir une visibilité concernant un projet X, surtout lorsque ce dernier n’est même pas encore approuvé.  

Le Journal Le Franco sera toujours pour les Francos-Albertains, et non pas pour celles et ceux qui cherchent à l’utiliser pour faire avancer leur pion sur l’échiquier.

Évaluer cet élément
(0 Votes)

1 Commentaire

Éléments similaires (par tag)