Le 7 et le 8 juillet, près de 100 000 personnes sont venues manifester à Hambourg, en Allemagne, lors du sommet du G20. Vingt des pays les plus puissants se sont réunis, paraît-il, au-delà de leurs différends. Le fruit de ces négociations ont-elles été aussi fructueuses ? Si oui, pour qui ? Entre les divergences internes et les contestations externes, l’ambiance d’un G20 n’aura jamais été plus électrique.

images

 

 

Tel le Colosse de Rhodes, le G20 en impose avec ses ministres, ses innombrables chefs de banques centrales et ses chefs d'État. Il s’est mis en marche afin d’établir un dialogue sur les principaux enjeux économiques. Cependant, les poignées de main et les sourires facent à la caméra ne trompent pas.

 

En dépit de l’impressionnante délégation et des extraordinaires moyens mis à disposition pour établir des décisions qui façonneront le monde dans son quotidien, les tensions auront animé tout du long ce G20.

 

Le colosse aux pieds d’argile s’est vu sérieusement ébranlé. Durant ces deux jours, les tensions ont été nombreuses. Les principaux points de désaccord demeurent le commerce et le climat. Donald Trump s’entête toujours à vouloir se retirer de l’accord de Paris, en essayant de convaincre d’autres pays, notamment la Turquie.

 

La division règne

Ce G20 aura pris en somme des tournures de test géant. La division règne en son sein alors qu’au même moment des groupes de manifestants protestent contre cet ordre établi. Certains opteront pour la manière pacifique, quand d’autres useront de la violence. Près de 20 000 policiers se sont retrouvés vite dépassés par l’incroyable vague véhémente qui a déferlé sur la ville de Hambourg.

 

Le G20 apparaît aujourd’hui comme un club très fermé où la répartition des richesses se fait...entre les riches ! Pourquoi les pays riches devraient-ils finalement décider pour tous ? Le politicien français et figure du mouvement altermondialiste, José Bové, avait soulevé il y a plusieurs années la question. Au fil du temps, est-ce que ce n’est pas la société civile qui finira par se mobiliser, mettant de côté des politiciens de plus en plus déconnectés de la réalité ?

2017 G20 Hamburg summit leaders group photo

Le seul point de consensus demeure la lutte contre le terrorisme. Espérons que l’avidité des uns ne finira pas par l’emporter sur la bonne volonté des autres.

Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Édition de la semaine

Abonnez-vous à la version électronique ici.

Abonnez-vous à la version papier ici.

L'annuaire francophone 2017

Aller au haut