Rond Point 2011 : quelques impressions

C’est le weekend dernier à Edmonton que s’est déroulé le Rond Point 2011. Ce rassemblement annuel de la francophonie albertaine a connu de bons et de moins bons coups. Voici donc, en rafale, quelques impressions :

- Si l’on considère qu’il y a eu 230 personnes au banquet du vendredi soir, plus de 125 à l’assemblée annuelle du samedi (en incluant les ateliers) et quelque 200 lors du Gala reconnaissance du samedi soir à Saint-Albert, le Rond Point 2011 aura donc accueilli, en tout et partout, quelque 555 personnes. Ce ne sont pas des visiteurs uniques, il va de soi, mais parfois, c’est bon de voir le verre à moitié plein!


- La visite de Boucar Diouf, comme conférencier, a été très appréciée des personnes présentes au banquet. Son humour a su plaire à un auditoire captif. On est loin de certaines éditions passées du Rond Point où le bruit dans la salle était tel qu’il était difficile d’entendre la personne qui parlait en avant… Vivement le retour, l’an prochain, d’un humoriste!

- Décevant tout de même que lors de ce banquet, on demande aux personnes présentes d’appuyer financièrement une cause importante de la communauté, la Cause Caron, et que Gilles Caron, celui qui utilisera ses fonds pour se défendre, ne prenne même pas la peine d’être présent. Une personne qui cherche à obtenir des appuis financiers de la communauté devrait faire acte de présence, et ce, le plus souvent possible. À l’année prochaine peut-être, si la communauté décide que cette cause mérite toujours d’être appuyée… Car de ce côté, il semble qu’il commence à y avoir du sable dans l’engrenage.

- La politique, c’est parfois cruel. Hector Goudreau devait – et voulait certainement – participer au Rond Point 2011, mais le remaniement ministériel ayant eu lieu la veille, et ce dernier s’étant fait montrer la porte de sortie par Alison Redford, M. Goudreau s’est désisté avec raison. Étant donné qu’il serait surprenant que le député franco-albertain se représente aux prochaines élections provinciales, l’ACFA n’aura pas à chercher trop loin pour trouver son Ami de la francophonie 2012.

- Il semble que le dossier du changement de nom de l’association revienne lors de chaque assemblée annuelle. Afin de régler la question une fois pour toutes, pourquoi ne pas choisir comme nouveau nom, le nom ACFA, laissant ainsi les gens interpréter le nom selon leur désir, que ce soit pour Association canadienne-française de l’Alberta ou encore Association de la communauté francophone de l’Alberta?

- Le Gala reconnaissance a amené une nouveauté intéressante cette année : une présentation visuelle des honneurs que certains membres de la communauté ont reçus au cours de la dernière année, par exemple l’Ordre du Canada de Georges Arès, l’Ordre des francophones d’Amérique pour la sénatrice Claudette Tardif ou encore le titre de Grand maitre de la plus grande compétition de violon au pays pour Daniel Gervais. Il ne faudrait pas oublier la plaque – surprise il va sans dire – remise par la présidente de l’ACFA au Franco pour avoir obtenu, en juillet dernier, le titre de journal de l’année.

- Toujours lors de ce gala, la Compagnie des Cents-Associés francophones ne pouvait faire meilleur choix en faisant l’adoubement de deux piliers – de deux générations différentes – de la communauté franco-albertaine, en les personnes de Reed Gauthier et Pierre Bergeron. Un honneur pleinement mérité pour deux personnes respectées.

- Le nouveau conseil d’administration de l’ACFA suit une tendance que l’on observe de plus en plus en région : une intégration de la jeunesse. Par contre, lors de la seule élection qui a eu lieu (trois personnes pour deux postes de conseillers pour le centre), les membres de l’ACFA de ce territoire ont opté pour ne pas élire une personne issue du milieu multiculturel, alors que Kayijuka C. Rukabuza n’a même pas obtenu la moitié des votes des deux autres personnes qui étaient en élection.

- À peine réélue pour deux ans, Dolorèse Nolette a un grand défi devant elle : convaincre une personne de lui succéder en 2013. Si on en parle maintenant, c’est que cela n’est pas aussi facile que ça en a l’air!

 

 

BDV : Deux absents du Rond Point 2011 : Hector Goudreau et Gilles Caron.

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Plus dans cette catégorie :

Aller au haut