Imprimer cette page

Fête nationale du Québec ou Saint-Jean-Baptiste?

macarons joom

Laissez-moi vous raconter une anecdote. C’était le 24 juin 2004. À l’époque, je travaillais pour le Bloc Québécois. Le parti souverainiste, mené par Gilles Duceppe et une soixantaine de députés, faisait la pluie et le beau temps sur la colline parlementaire. Les temps ont bien changé...

 

J’étais le Webmestre du parti, et je venais d’ajouter sur le site Web le message suivant : « Bonne Saint-Jean-Baptiste », accompagné d’une belle photo du drapeau du Québec. Je me trouvais bien bon.

Quelques minutes plus tard, le téléphone sonne. C’est Gilles Duceppe lui-même. Je suis hyper surpris qu’il m’appelle directement, car je n’étais qu’un pion dans la hiérarchie du parti. Rapidement, mon étonnement fait  place à de l’inquiétude. « Qu’est-ce que j’ai fait? »

Le ton a été cinglant et il était probablement rouge comme une tomate à l’autre bout du fil. « Bonne Saint-Jean-Baptiste? À quoi as-tu pensé? La Saint-Jean-Baptiste est une fête religieuse et folklorique. Le Québec s’en est départi en 1977  sous René Lévesque. Le 24 juin, c’est la Fête nationale des Québécois. Y’a rien de religieux là-dedans mon petit gars! On parle d’une nation et de son droit de se célébrer! Enlève ça tout de suite! »

Gilles Duceppe était en beau joual vert contre moi. L’appel a duré plusieurs minutes pendant lesquelles je n’ai pas prononcé un mot. J’ai surtout eu droit à moult détails sur la laïcisation de l’État aux lendemains de la Révolution tranquille. À la fin de sa tirade, j’étais complètement tétanisé, comme un petit lapin, j’ai dit merci, puis j’ai raccroché.

***

12 ans plus tard, me voici en Alberta, journaliste au Franco. Ayant retenu la leçon de Monsieur Duceppe, je souhaite une bonne Fête nationale du Québec sur le compte Twitter du journal. Ni une ni deux, quelqu’un m’interpelle. Je ressens un étrange sentiment de déjà-vu. « Quelle gaffe ai-je encore commise? » Une fois de plus, mon but n’étant que de souhaiter une bonne journée aux lecteurs, on me corrige. La personne m’explique que le dénommé Saint-Jean-Baptiste est le Saint patron de tous les « Canadiens français », un terme disparu du vocabulaire des Québécois depuis, justement, que le Québec célèbre sa fête nationale. Misère!


Dans la Francophonie albertaine, j’en comprends donc qu’il y a deux fêtes imbriquées l’une dans l’autre. Ce n’est pas la Fête nationale du Québec, même si c’est majoritairement son répertoire musical et sa culture qui y sont célébrés. N’y a-t-il pas une belle ironie derrière tout ça?

Alors, il était comment mon 24 juin 2016? Il était génial. J’ai fêté avec joie la Saint-Jean-Baptiste à Edmonton avec mes amis francophones de l’Alberta. Ils étaient nombreux, ils étaient beaux à voir. Or, durant la soirée, le coup de gueule de Monsieur Duceppe m’est revenu en tête. J’ai réalisé qu’une petite partie de mon cœur était toujours à dans la capitale de la Belle province, sur les Plaines d’Abraham, à célébrer la Fête nationale du Québec. Amitiés!

 

Évaluer cet élément
(0 Votes)

2 Commentaires

Éléments similaires (par tag)