Lundi matin, 30 mai 2016.  C’est avec nostalgie et la tête pleine d’images que l’équipe du Franco retourne à sa routine quotidienne, soit celle d’informer, de divertir et de représenter sa communauté francophone albertaine. À la suite de ce 40ème Gala des prix d’Excellence de l’Association de la Presse Francophone (APF), ce n’est pas sans un certain bonheur que l’équipe repart sur les chapeaux de roue, vers un nouveau bouclage. Si ce gala a permis d’accueillir les autres journaux francophones en milieu minoritaire du Canada,

Le Franco s’est vu aussi touché par la présence bienveillante des membres de sa communauté.  

asserCes mêmes membres et lecteurs, pour qui nous travaillons tous les jours, ont bien voulu prendre la peine de se déplacer en réponse à l’invitation du Franco. Je pense notamment à Angelina Gionet, qui en dépit de la tragédie qui a touché Fort McMurray, était présente lors de ce gala. Les arts (le RAFA), les aînés (la FAFA), les juristes d’expression française (l’AJEFA), l’ACFA de Calgary et La Cité francophone, pour n’en nommer que quelques uns, je ne nommerai pas tout le monde, mais un grand merci pour votre soutien !

Nous, journalistes de la presse écrite, nous sommes des personnes de défi. Nous aimons les relever, et c’est avec abnégation et brio que nous le faisons en dépit de modestes moyens. Nous avons d’ailleurs remporté le prix de la meilleure photographie de l’année et  la 1ère mention pour la meilleure annonce fabriquée « maison ».

Je parle au nom des membres de mon équipe que je voudrais également remercier. Sachez que ce gala n’a fait qu’attiser leur désir et leur envie de se surpasser et d’offrir un produit de qualité qui rendra la communauté franco-albertaine fière. Notre but, c’est de vous apporter quelque chose de nouveau, de vibrant, de différent. On ne vit pas sur le repli, on vit sur l’ouverture aux autres.

Dans ce parcours médiatique semé d’embûches, votre soutien est important !

La solidarité l’est tout autant. Dans la grande famille qu’est la Francophonie, ses membres ne doivent pas être divisés. Bien que nous ne soyons pas toujours d’accord sur la manière de faire les choses, il est primordial, en situation minoritaire, de se serrer les coudes.  Comme je l’ai mentionné ce soir-là dans mon discours d’ouverture, l’union fait la force. La division n’a pas sa place. L’unité, oui !

Alors une fois de plus, un grand merci !  

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Aller au haut