Le 28 mars, le premier ministre Justin Trudeau et la ministre de Patrimoine canadien Mélanie Joly ont annoncé le nouveau Plan d'action, en direct, sur les Langues officielles, à l’école élémentaire Mauril-Bélanger. Au-delà du montant historique de 2,7 milliards de dollars étalés sur cinq ans, les 10 millions annoncés en soutien pour les médias communautaires font grise mine. L’urgence et la réalité que connaissent les médias communautaires ont été finalement bien peu comprises.

Les années passent et se ressemblent en matière d’immigration francophone. La cible nationale hors Québec de 4,4% n’est toujours pas atteinte. Quelle en est la raison? Trop peu de personnes rentrent dans les cases du système Entrée Express.

Le temps presse

Cette semaine je vous propose une petite réflexion construite à partir d’une anecdote qui m’est arrivée. Chacun est libre d’y porter un avis ou un jugement différent.

Christian Bale joue le role de Patrick Bateman dans le film American Psycho

L’équipe du Franco est heureuse de reprendre du service après l’exercice annuel de la Revue de l’année 2017. Dans le cadre de cette seconde édition, le journal souhaite une excellente année 2018 à tous les francophones et francophiles d’ici et d’ailleurs. Le leitmotiv pour cette année tiendra en un mot : avancer! Et c’est cette envie quasi furieuse et contagieuse que nous avons tenu à vous partager dans ce premier édito de l’année.

Avancer droit devant

Lundi 20 novembre 2017, Robert Mugabe, président du Zimbabwe est forcé de démissionner. Le même homme qui était alors porté en héros en 1980 pour avoir mené son pays vers l’indépendance face à la Grande-Bretagne, est aujourd’hui déchu. Entre grandeur et décadence le règne de Robert Mugabe est bel et bien fini. En attendant, il aura incarné l’exemple parfait de ce que le pouvoir peut faire sur un seul homme, à savoir le meilleur comme le pire une fois propulsé aux plus hautes sphères d’une société.

Jusqu’à très récemment, on m’a encore demandé en quoi consistait le rôle d’un journal communautaire. Une question essentielle qui revêt tout son sens à l’annonce de la charte de la presse écrite de langue française en situation minoritaire par l’APF. Certains y voient un moment historique en matière de presse francophone et se réjouissent de cette nouvelle, tandis que d’autres ne préfèrent pas se prononcer. Le Franco, au même titre que les journaux communautaires, est une chance unique de parler d’une communauté dans ses joies et dans ses peines, dans ses défis et dans ses réussites, dans ses forces et ses faiblesses. C’est là tout le rôle, et le défi, du Franco.

Plus haute sera la chute, pire elle sera. Hier intouchables, aujourd’hui parias de la société : Gilbert Rozon, Eric Salvail, Harvey Weinstein, des noms bien connus du monde du spectacle sont descendus de leur piédestal. Cependant, les cas d’agressions sexuelles, d’abus ne concernent pas seulement les élites. Cela concerne tout le monde et touche toutes les classes sociales. En d’autres termes, ça n’arrive pas qu’aux autres.

À l’approche de l’assemblée générale annuelle de l’ACFA provinciale qui se tiendra le 14 octobre, au Centre de conférence Shaw d’Edmonton, le bilan financier du Franco consolidé avec celui de l’organisme sera brièvement évoqué. Lors du débat télévisé, certains candidats ont parlé de la mauvaise santé financière du journal. L’année dernière, le journal accusait un déficit d’environ 51 000$, sans analyse de ces chiffres, lors de la dernière AGA. Cette année, Le Franco a su redresser la barre en atteignant un bilan positif. Quels sont les moyens mis en place pour arriver à ce bon résultat ?  Voici un récapitulatif.

Edmonton décontenancée, Las Vegas traumatisée, en l’espace d’un jour ces actes de violence inattendus ont interpellé le reste du monde. Victime d’un acte terroriste ou de démence, ce cycle de la violence amorce une réflexion, voire une prise de conscience sur l’importance de ne pas se sentir détachés de ce qui se passe plus loin ou parfois juste à côté.

L’ouragan Irma est sur toutes les lèvres. Après le passage d’un telle catastrophe, on ne peut que s’interroger sur l’état de santé de notre planète. Bien que les francophones de l’Alberta vivent en situation minoritaire, n’oublions pas que nous faisons partie d’un tout plus vaste : la Terre. Si les francophones de l’Alberta défendent le fait français depuis des années, et que Le Franco à l’origine s’appelait La Survivance, la « Survivance » des générations futures sera la survie de notre planète et de ses habitants. Le réchauffement climatique est-il une fatalité, le résultat d’un processus naturel, ou bien la conséquence d’un dérèglement causé par l’homme ?

Page 1 sur 8
Aller au haut