Lors du congrès organisé par l’ACFA provinciale, du 13 au 14 octobre au Centre Shaw d’Edmonton, la Radio communautaire a révélé son identité visuelle et modifié son nom. Carole Saint-Cyr, membre du conseil d’administration de la radio s’est entretenue avec le Franco.   

Le Congrès annuel de l’ACFA s’est tenu du 13 au 14 octobre, au Centre Shaw. Pendant deux jours la foire des services en français a rassemblé un panel d’exposants à savoir, des organismes communautaires, des médias, des entrepreneurs sans oublier la présence de nombreux dignitaires de la Francophonie. Plusieurs centaines de personnes auront assisté à l’évènement et au Gala vendredi soir, mettant en vedette l’artiste Zachary Richard. De nombreux ateliers auront permis de parler des avancées, des défis et des projets de la francophonie albertaine. Retour sur l’évènement.

Samedi 14 octobre, le voile s’est enfin levé sur l’identité du candidat qui siègera à la présidence de l’ACFA provinciale. Marc Arnal l’a emporté avec 392 voix, talonné par Nicole Buret avec 318 voix. Le Franco s’est entretenu avec le nouveau président afin d’aborder les principaux dossiers de la communauté francophone: comment envisage-t-il l’avenir?  

Zachary Richard était de passage en Alberta à l’occasion du Congrès annuel de la francophonie albertaine 2017 vendredi 13 octobre. Le chanteur, auteur et compositeur de renommée mondiale a offert une prestation après le banquet, donnant aux spectateurs un aperçu de quelques-uns de ses nouveaux titres ainsi qu’une interprétation de ses plus grands succès. Outre sa musique, Zachary Richard est aussi un acteur majeur de la défense de la francophonie en Amérique du Nord. Né en Louisiane, il milite depuis toujours pour faire du français une langue vibrante. Entretien avec un artiste engagé.

Forte de sa longue expérience dans la francophonie albertaine, et plus particulièrement de son implication dans le domaine de l’éducation et de la santé sur Calgary, Nicole Buret souhaite plus de représentativité des régions au sein de l’ACFA provinciale. Elle milite aussi pour un bilinguisme inclusif qui permettrait à la francophonie albertaine de poursuivre sur la voie de la réussite.

Andrzej Wilczewski n’est pas connu du grand public mais entend bien tirer parti de sa position d’outsider. Souhaitant apporter du sang neuf et bousculer l’ordre établi qu’il juge archaïque, le candidat milite pour que la langue française rayonne dans la province et que les francophones obtiennent de vrais services adaptés à leurs besoins.

Marc Arnal a côtoyé bien des chefs de file de la francophonie albertaine. Il entend désormais à son tour reprendre le flambeau et continuer leur travail. Grâce aussi à une longue expérience dans l’enseignement et la fonction publique, le candidat souhaite s’inscrire dans la continuité de ses prédécesseurs pour affirmer sa vision de la francophonie.

Membre du Conseil d’administration de l’ACFA provinciale depuis deux ans, Alex V. Bossé ne veut plus être simple spectateur. Le candidat souhaite changer radicalement la culture de l’organisme. Il appelle à plus de dialogue et entend instaurer une approche plus participative et démocratique.

Pour la première fois depuis plusieurs années, plusieurs candidats briguent la présidence de l’ACFA provinciale. Ce premier changement serait-il annonciateur d’un changement encore plus grand ? Ces quatre candidats possèdent des visions, soit diamétralement opposées par rapport à la présidence actuelle, soit s’inscrivent dans sa continuité. La francophonie albertaine est à la croisée des chemins et son avenir se jouera aux prochaines élections.

Le vendredi 25 août, à 16h,  le processus de soumission des candidatures s’est achevé. Au total, 15 candidats ont démontré leur intérêt pour les 12 postes vacants d’administrateurs du Conseil.

Page 1 sur 2
Aller au haut