Imprimer cette page

Faire du bénévolat en attendant de trouver mieux, une bonne idée ?

Stephen Poloz, gouverneur de la Banque du Canada, a récemment recommandé aux jeunes chômeurs du pays de ne pas hésiter à faire du bénévolat en attendant de trouver un travail rémunéré. Donner de son temps gratuitement est effectivement valorisé, mais qu’est-ce que cela apporte du point de vue professionnel, notamment aux immigrants ? Le bénévolat n’est-il bon que pour l’économie du Canada ou également pour ses habitants ?

 

Le bénévolat et ses nombreux atouts

 

Mathilde Denier et Fanny Ratisseau ont plusieurs points communs : elles sont toutes les deux Françaises, elles ont choisi de s’installer à Calgary, et avant de trouver un emploi elles ont décidé de valoriser leur temps libre en faisant du bénévolat.

 

En arrivant en Alberta, Mathilde a rapidement entendu parler de la valorisation faite autour du bénévolat au Canada et a décidé d’y prendre part en attendant de trouver un travail.  Elle a vu là un moyen d’améliorer son anglais, de rencontrer des Canadiens et de participer à la vie locale. Pour Fanny c’était un bon moyen de s’occuper et de se sentir utile tout en socialisant, mais aussi d’améliorer ses compétences ou d’en développer de nouvelles.

 

Des expériences diverses

 

C’est une conseillère de Connexion Carrière qui a mis Fanny sur la voie du bénévolat en lui présentant le site propellus.org, qui recense toutes les offres de bénévolat à Calgary. « J’ai vu que la Francothèque recherchait des bénévoles, un de mes atouts ici est d’être francophone donc j’ai commencé par prospecter dans ce milieu-là ». Fanny a pu y travailler deux mois, notamment en animant des ateliers pour les enfants.

 

À côté de cette expérience, la jeune femme a également pris l’initiative de créer et d’animer une communauté de Français à Calgary sur les réseaux sociaux, un travail bénévole qu’elle accomplit encore aujourd’hui. « Le groupe prend de l'ampleur, on est en train d'accomplir les formalités pour devenir une société à but non lucratif, et pouvoir offrir plus de services et d'événements, c’est vraiment enrichissant et gratifiant ! ».

 

De son côté, Mathilde a cherché des activités qui lui plaisaient « afin d’allier l’utile à l’agréable ». Elle a ainsi pu travailler comme bénévole pour le Calgary Corporate Challenge, mais aussi le Calgary Folk Festival. « Ces expériences n’étaient pas vraiment liées à mon parcours professionnel mais cela m’a permis d’apprendre de nouvelles choses, et je compte poursuivre mon engagement pour ces deux événements l’année prochaine.»

 

Mathilde (au centre) lors du Calgary Folk Festival

 

Une porte vers le monde du travail

 

Malgré ses sept ans d’expérience professionnelle en France, Mathilde n’a pas trouvé un travail aussi facilement qu’elle l’espérait à Calgary, et d’après elle, être bénévole a été bénéfique pour sa recherche d’emploi. « Ces activités m’ont permis de travailler mon anglais et de prendre confiance en moi, je les ai indiqué sur mon CV et sur mon compte LinkedIn, je pense que ça représente un plus car ce sont mes premières expériences canadiennes.»

 

Même son de cloche chez Fanny qui avait pourtant déjà travaillé à Toronto. C’est après des semaines de recherches infructueuses qu’elle a décidé de se tourner vers le bénévolat. « À Calgary, encore plus qu’ailleurs, le réseautage fonctionne bien pour être au courant des offres d’emploi et décrocher des entretiens.» Grâce à cette expérience, Fanny a pu décrocher des entretiens et valoriser les compétences acquises lors de ce bénévolat.

 

Une dynamique vertueuse

 

Mais le bénévolat apporte encore plus qu’une expérience sur un CV selon les deux jeunes femmes. « J’ai pu rencontrer des gens, tisser un réseau de connaissances que j’entretiens encore », raconte Mathilde. La jeune Française recommande chaudement cette expérience aux personnes qui peinent à trouver un emploi. « La valorisation est multiple, ajoute-t-elle.  On gagne en confiance, on développe de nouvelles compétences, et surtout on est dans une dynamique positive pour parler de soi ! »

 

Une rencontre de Français organisée par Fanny

 

« Quand j’ai commencé à faire du bénévolat, tout s’est débloqué pour moi après des mois d’attente, je me suis soudainement retrouvée à avoir le choix entre trois emplois alors que rien n’avait bougé avant », s’enthousiasme Fanny. « C’est une expérience ultra positive, je recommande vivement le bénévolat à tout nouvel arrivant ! ».

 

Cela rejoint donc l’avis de Stephen Poloz, selon qui le bénévolat est une aubaine pour les jeunes diplômés. « Devenez bénévole dans un domaine lié à votre expertise, il est clair que vous gagnerez ainsi de l’expérience au cours de cette période. » a-t-il déclaré début novembre lors d’une conférence de presse. Le bénévolat est donc bon pour l’économie du pays, mais aussi pour nos recherches d’emploi.

Évaluer cet élément
(0 Votes)