Immobilier à Calgary : encore un marché d'acheteurs

Cette semaine, Le Franco s’intéresse au secteur de l’immobilier à travers l’expérience et le témoignage de Lise Desbiens, professionnelle de l’immobilier à la tête d’une entreprise familiale en courtage basée à Calgary.

calgary-1908015

« La région connaît encore des baisses de prix », constate Mme Desbiens. Des effets qui varient selon le type de produit selon elle. « Les constructions de hauts immeubles de condominiums ont été affectés plus durement car il y en avait tellement que le marché connaît aujourd’hui un surplus énorme », ajoute-t-elle. Une situation d’autant plus critique que la ville a connu une baisse de sa population, réduisant ainsi encore un peu plus la demande par rapport à l’offre. D’autres quartiers restent néanmoins en bonne forme, notamment ceux du pourtour du centre-ville, toujours très désirables du fait de leur proximité avec les commerces, universités, et transports publics.

Certains voient dans la baisse des prix une belle opportunité de faire des affaires. « Avec l’économie en berne, beaucoup de personnes achètent des vieilles maisons dans des quartiers matures et désirables et les rénovent », commente Lise Desbiens. La conjoncture économique actuelle constitue aussi une belle opportunité pour les primo-accédants à la propriété : « Beaucoup de jeunes dans la trentaine se lancent dans l’achat d’un bien immobilier pour la première fois. C’est le moment idéal pour eux », relève l’agente immobilière. Elle rajoute que les taux d’intérêt restent très bas et qu’elle ne les voit pas remonter de sitôt.

Une situation prévisible

Avec la situation économique, l’entreprise familiale a dû s’adapter. « Quand quelque chose ne marche plus, comme les condos, il faut se concentrer sur autre chose, faire plus de résidentiel par exemple. Les maisons en duplex marchent mieux en ce moment », illustre Lise Desbiens. Une adaptation d’autant plus importante que, pour la professionnelle en immobilier, la situation devrait durer encore un peu : « Ce n’est pas la première fois qu’une crise arrive en Alberta, mais cette fois-ci, ça va être un peu plus long pour se relever », estime-t-elle.

Forte de son expérience, Lise Desbiens n’est pas tellement surprise par la crise. « On a toujours connu de gros booms en Alberta, toujours suivis de chutes. Mais celui qui s’est terminé en 2013-2014 est différent : les gens étaient partis dans une fièvre acheteuse avant la crise, ils se ruaient pour dépenser », relate-t-elle. « Personnellement, la façon dont je conduis mes affaires, c’est toujours avec un peu de prudence. Avec les années, on en a vu des hauts et des bas », poursuit-elle.

D’ailleurs, le récent durcissement des critères d’attribution de prêts hypothécaires sont une bonne chose selon elle. « Les banques se préoccupent de la capacité de remboursement des acheteurs, car ils savent qu’un changement de situation est toujours possible. Il faut s’assurer que les gens puissent continuer à payer et les encourager à mieux se comporter vis-à-vis de leurs dépenses lorsque tout va bien », prévient Mme Desbiens.

Une année 2017 encore timide

L’un des piliers qui fait qu’aujourd’hui l’entreprise familiale de Mme Desbiens n’est pas trop affectée par la crise, c’est la fidélité de ses clients. « Nos clients nous reviennent, on a assez de travail, la fidélité paie ». Au niveau des solutions mises en place par la municipalité, Lise Desbiens salue la décision de baisser les taxes pour les commerces en centre-ville. « C’est très important d’aider nos commerces ». Toutefois, pas d’aide prévue au point de vue résidentiel.

Lise Desbiens voit 2017 comme une année « correcte ». « Les prix n’ont pas tant baissé que ça, et je crois que nous n’avons pas encore atteint le fond ». Malgré tout, elle admet que l’économie a besoin de se diversifier. « Un nouveau boom va venir, c’est sûr, et il sera encore lié à l’industrie du pétrole. Mais à long terme, ce serait bien de pouvoir ouvrir l’horizon à d’autres secteurs et créer des emplois plus diversifiés », conclut-elle.

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Édition de la semaine

Pour vous abonner à la version électronique, veuillez cliquer ici.

Abonnez-vous à la version papier ici.

L'annuaire francophone 2017

Aller au haut