Imprimer cette page

Salon de l'emploi : un bilan positif

Plus de 200 personnes ont assisté au Salon de l'emploi qu’organisait Connexion carrière dans les locaux de Bow Valley College, le 18 octobre dernier. Le marché de l’emploi offre un visage différent depuis que l’industrie du pétrole a connu une baisse de ses activités. Cependant, c’est aussi le bon moment pour voir d’autres secteurs se mettre en avant auprès des chercheurs d’emploi.  

L’ambiance était bonne et le moral au beau fixe ! Si la fréquentation a montré une activité moins importante que l’année passée (une cinquantaine de personnes en moins), c’est un bilan positif qui en ressort néanmoins. « Les employeurs nous ont fait remarquer qu'il y avait légèrement moins de monde, mais ils ont apprécié le fait qu'ils avaient plus de temps pour échanger », confie Alexia Marvie, Réceptionniste-Assistante Administrative à Connexion carrière. Plusieurs employeurs ont pu ainsi prendre directement rendez-vous pour faire passer des entretiens avec quelques clients. Moins en quantité, mais plus en qualité ! Un schéma qui s’avère avantageux pour favoriser le dialogue et créer des opportunités.

salonde lemploi ccLa réalité du marché du travail

Se faire connaître, c’est important. Depuis le nombre massif de licenciements pendant la crise pétrolière, notamment à Calgary, il faut savoir d’autant plus se différencier. « Il y a, je pense, plus de concurrence sur le marché du travail actuellement, plus de personnes sans emploi que dans les années précédentes », fait remarquer Alexia Marvie. Si le visage du marché du travail s’en trouve changé avec la crise, il permet de mettre en avant d’autres secteurs. Lors du Salon, une majorité d’entre eux étaient représentés, tels que la finance et la petite enfance. « Il y a d'ailleurs beaucoup d'offres présentement dans ce secteur-là », conclut-elle. Les compagnies aériennes cherchent toujours du personnel bilingue. Le secteur de l'alimentation ainsi que le gouvernement sont aussi en processus de recrutement.

Si le secteur de la santé n'était pas représenté, plusieurs demandes ont abondé dans ce sens. L’année prochaine, des démarches seront donc faites afin de voir si les services de santé seront intéressés à participer au Salon.

Une migration économique au ralenti

Concernant la crise, l’immigration vers l’Alberta a vu son flux migratoire baisser. Certains migrants ou immigrants, à la suite des conséquences de la crise, sont repartis. « J'ose espérer que ce n'est qu'une phase », note l’adjointe administrative. Ce qui n’a pas empêché la ville de Calgary de se dynamiser. Si l’industrie de la construction s’est développée, le pétrole demeure l'un des principaux secteurs d'emploi. « Calgary saura retrouver son équilibre», déclare Alexia Marvie. Cependant, il y a toujours des postes à combler et les offres passent régulièrement. Le maire Naheed Nenshi a beaucoup investi dans les arts visuels. Un domaine que certains clients n’auront pas manqué de remarquer. Qui sait, l’art urbain pourrait devenir un secteur professionnel de plus en plus porteur d’ici quelques années.

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Éléments similaires (par tag)