Imprimer cette page

Le Livre blanc, le nouvel élan pour l’économie francophone

marcLundi 21 mars, Ottawa, le Réseau de développement économique et d’employabilité (RDÉE) a lancé un guide intitulé : le Livre blanc, prospérité économique des francophones et acadiens. Le CDÉA de l’Alberta fait partie de ce réseau national.  L’organisme se dit confiant quant à l’impact que le Livre blanc aura sur l’économie francophone canadienne !

« Pour nous dans la francophonie, c’est important de publier un document qui met en lumière les défis et les enjeux auxquels font face les entreprises francophones en milieu minoritaire », lance Marc Tremblay, président-directeur général du Conseil de développement économique de l'Alberta (CDÉA).

Le CDÉA s’est donc rendu à Ottawa pour soutenir le lancement de ce livre. Pour le président-directeur général du RDÉE, M. Jean-Guy Bigeau, le Livre blanc consiste à : « accroitre les opportunités d’affaires des communautés francophones et acadiennes et surtout de positionner le RDÉE Canada comme chef de file dans la gestion économique pour le futur de nos communautés », souligne-t-il.

Le RDÉE comprend actuellement 12 organismes provinciaux et territoriaux, répartis à travers tout le pays. Quelle différence ce livre pourrait-il faire auprès des communautés francophones hors Québec ? « Ce document va servir dans nos discussions éventuelles avec le gouvernement fédéral en vue de renouveler la feuille de route », explique M. Jean-Guy Bigeau, « mais aussi pour diversifier nos ressources de financement et nos partenariats »,  fait-il savoir.

La pertinence de la création de ce livre blanc permettrait d’établir clairement une planification stratégique pour au moins les cinq prochaines années.

En fait, développer des modèles d’affaires en fonction du potentiel et de la réalité de chacun, c’est l’objectif que se donne tant le RDÉE que le CDÉA pour ce qui est de la province de l’Alberta.

Ici, les éléments importants qui caractérisent l’économie de la province sont axés essentiellement sur le tourisme, le bilinguisme en affaires, l’économie verte et le projet Éco-west (projets spécifiques aux quatre provinces de l’Ouest).  Un projet qui amorce un tournant vert pour certaines municipalités afin de réduire le gaz à effet de serre.

Ce Livre blanc fait donc un état des lieux de l’économie francophone qui se décline selon six points tels que : la démographie des communautés francophones et acadiennes, le bilinguisme des affaires, l’immigration économique bilingue francophone et francophile, les partenariats, le potentiel économique sous exploité, et enfin les données statistiques.

Les statistiques sont un point majeur du Livre blanc, puisque les chiffres en matière de francophonie sont pour le moment peu nombreux. Selon M.Tremblay, le but du Livre blanc est de démontrer « l’importance de la valeur ajoutée de la francophonie  dans l’économie canadienne».

Il donne en exemple l’atout que le français pourrait représenter dans le cadre des exportations entre le Canada et d’autres pays francophones.

Pour Marc Tremblay, le lancement du Livre blanc tombe à point nommé,  notamment grâce à l’approche du renouvellement de la feuille de route avec le gouvernement du Canada. Des rencontres avec des élus seront également prévues dans le courant de la semaine.

En outre, suite à l’annonce du budget faite le 22 mars, des rencontres avec les ministres sont d’ores et déjà annoncées !

 

  

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Éléments similaires (par tag)