Edmonton, bientôt une ville d’hiver modèle ?

Du 28 au 30 janvier se tenait le Winter Cities Shake-Up au centre de conférences Shaw d’Edmonton. Des conférenciers du monde entier se sont réunis pour tenter d’imaginer la ville hivernale du futur. Le Québécois Pierre Labrie était parmi eux.

« Nous avons de grands festivals d’hiver, le ski alpin et le ski de fond, le patinage, la luge et de nombreuses autres activités. En tant que plus grande ville septentrionale du continent, Edmonton devrait en toute logique devenir une ville hivernale de renom. » Voilà ce que déclarait Stephen Mandel, ex-maire d’Edmonton, en préambule du document intitulé « For the love of winter – Strategy for transforming Edmonton into a world-leading winter city » diffusé en 2012.

D’autres villes donnent l’exemple, comme Copenhague (Danemark) et ses patios extérieurs ouverts toute l’année grâce à la présence de couvertures et de radiateurs, ou encore Kemi (Finlande), où les pistes cyclables sont déblayées dès 6h du matin après une chute de neige. Edmonton est-elle sur la bonne voie ?

« On voit que depuis trois ans, il s’est fait un excellent travail de planification, assure Pierre Labrie (photo), directeur de l’office de tourisme de Québec pendant presque 20 ans et invité du Winter Cities Shake-Up 2015. Ici à Edmonton, c’est un plan de match qui couvre tous les aspects de la vie en hiver : on parle de design urbain, de transports, d’animations, de signalisation, de lumières, d’évènementiel. […] Edmonton est probablement la première ville canadienne à avoir fait une démarche aussi rigoureuse et aussi inclusive. »


Pour autant, les résultats visibles ne sont pas pour tout de suite. « Ce qu’Edmonton est en train de faire, c’est de prendre tous les éléments du puzzle et d’en faire un concept global […] On n’en verra pas les bénéfices du jour au lendemain mais c’est la somme de tous ces efforts-là, sur 5 ou 10 ans, qui va transformer la ville. »

« L’Alberta, c’est les grand parcs nationaux, c’est Jasper, c’est Banff, c’est Lake Louise, les Olympiques d’hiver de 88, deux équipes de hockey… C’est l’une des provinces – avec le Québec et l’Ontario – qui a une identité hivernale diversifiée, affirme M. Labrie. Il reste à matcherce climat hivernal avec l’ambiance urbaine. »

En attendant, le Québécois s’enthousiasme des rencontres qu’il a faites au Winter Cities Shake-Up. « J’ai assisté à plusieurs présentations très dynamiques, motivantes, très encourageantes […] Il y a un intérêt pour les gens d’ici à continuer à réseauter ensemble. Ça va peut-être déboucher sur une association ou un réseau de villes d’hiver. Ça a déjà existé mais ça a été abandonné… Je pense qu’il faut le faire renaître », confie celui qui est venu présenter deux grands succès de l’hiver québécois : l’Hôtel de Glace et le Carnaval de Québec. Des conférenciers de nombreux pays étaient de la partie : États-Unis, Royaume-Uni, Danemark, Finlande, Norvège, Islande, Japon, Chine…

Pierre Labrie estime que beaucoup de Canadiens doivent encore apprivoiser l’hiver. « Même si on est un pays nordique, on peut pas dire que les Canadiens ont une bonne relation avec l’hiver. » Néanmoins, depuis quelques décennies, tout cela est en train de changer. « On est passé du concept de subir l’hiver à celui de bien exploiter l’hiver, mais il y a encore beaucoup de travail à faire. […] On doit convaincre en premier lieu le citoyen de penser à  consommer en hiver avant d’aller dans le sud ! »

L’évènementiel joue un rôle crucial. « Il faut renforcer des évènements comme Ice on Whyte (festival de sculpture sur glace, entre autres) et consolider ce que vous avez déjà », estime M. Labrie. Et l’Aventure du canoë volant ? « J’en ai entendu parler mais je ne l’ai pas vue. Je pense que c’est le type d’évènement qu’il faut faire connaître. J’étais impressionné de voir l’équipe et tout ce qui gravitait autour de La Cité francophone. […] Ça s’adresse à la famille, aux jeunes… Ça stimule le rêve, la créativité et l’émerveillement ! »

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Aller au haut