30 août, Montréal - En réponse à la décision de la Cour d’appel fédérale relativement au projet d’expansion du pipeline de Trans Mountain aujourd’hui, le porte-parole de Greenpeace Canada, Patrick Bonin, a déclaré:

«C’est une victoire majeure pour les peuples autochtones, les groupes environnementaux et pour tous les Canadiens. La cour a rejeté unanimement un processus qui était déficient depuis le départ. Il est temps que le premier ministre Trudeau se rende à l’évidence et prenne les milliards de dollars publics prévus pour ce projet et les investisse pour accélérer la transition vers une économie basée sur les énergies renouvelables. Avec les feux de forêts, les inondations et la fumée étouffante de cet été, le premier ministre ne peut plus ignorer les coûts de l’inaction en matière de climat et doit saisir l’opportunité créée par la décision d’aujourd’hui pour se placer du bon côté de l’histoire.

Ce jugement témoigne de la force de la population et du mouvement dirigé par les autochtones. Ils ont mené ce combat et des milliers d’alliés à travers le pays et le monde entier les ont rejoints. Des centaines de personnes, des grand-mères jusqu’aux chefs religieux, ont même été arrêtées pour avoir protesté contre ce projet. Au delà de la célébration de cette victoire majeure, nous resterons prêts à nous battre de nouveau si ce projet refait surface et met en danger nos terres, notre eau et notre climat.»

L’approbation du projet d’agrandissement a été contestée devant la Cour d’appel fédérale en raison d’une consultation inadéquate des Premières nations et de la non-protection des orques qui sont en voie de disparition et qui doivent être protégés en vertu de la Loi sur les espèces en péril. La Cour a jugé que les consultations auprès des autochtones était bien en deçà des exigences minimales imposées par la jurisprudence de la Cour suprême du Canada et qu’il était «injustifié»  de ne pas avoir considéré le passage accru des pétroliers dans l’évaluation.

S'il est construit, le pipeline Trans Mountain exposerait encore davantage les orques résidant dans le sud, en permettant le passage de plus de 400 pétroliers par année dans leur habitat. Il est probable que le jugement d’aujourd’hui retarde considérablement le projet et validera les préoccupations formulées par les Premières nations, les groupes environnementaux et le grand public concernant le processus d’évaluation ayant mené à l’approbation du projet d’expansion de Trans Mountain.

Rappelons qu’en mai, le gouvernement Trudeau a accepté d’acheter le pipeline Trans Mountain et son projet d’expansion au montant de 4,5 milliards de dollars. Une décision qui a miné le rôle du Canada à titre de leader mondial du climat et qui va à l’encontre de l’Accord de Paris et de la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones.

C’est la rentrée, et il est temps pour les universités canadiennes d’élaborer des politiques en réaction à la légalisation du cannabis. Bon nombre d’incertitudes demeurent, mais une chose est certaine, selon la docteure Patricia Conrod, chercheuse financée par les Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC) dans le domaine du cannabis, et professeure de psychiatrie à l’Université de Montréal, « au-delà d’imposer des règles strictes, les campus doivent se préparer à accompagner leurs étudiants à travers des programmes de prévention ».

downloadfile

Le 26 juin a eu lieu l’Assemblée générale annuelle du Conseil de développement économique (CDÉA), dans les locaux au centre de conférence Kahanoff, à Calgary. Environ une soixantaine de personnes sont venues participer au cocktail de réseautage en première partie de soirée. Puis,  le bilan de l’année a été présenté à l’ensemble des membres et des participants. Retour sur le bilan.

Logo CDEA

Une trentaine de salariés et plus de 52 013 visites en une décennie… Connexion Carrière a soufflé vendredi 22 juin sa 10ème bougie, au Bow Valley College de Calgary. Au service des francophones à la recherche d’emploi, l’organisme était fier de déclarer que ses premiers clients sont aujourd’hui des recruteurs.

Equipe de connexion carriere 2018. credit photo connexion carriere

Le Conseil de développement économique de l’Alberta (CDÉA) et Tourisme Alberta ont ouvert la saison touristique le 31 mai à Caravel Craft Brewery au nord de Calgary. Pour l’occasion, une présentation a été organisée afin d’introduire les différents projets de cette année.

Tourisme Alberta 4

Faute de fréquentation, le programme d’incubation FrancoPreneurs, offert par le Conseil de développement économique de l’Alberta (CDÉA) depuis 2015, met la clef sous la porte. À compter du 1er mai 2018, ce sera Radio Cité, la radio communautaire francophone d’Edmonton, qui deviendra le locataire permanent de la grande salle de FrancoPreneurs.

FrancoPreneurs

ONTARIO – Le Canada a conservé la première place mondiale pour sa qualité de vie et la deuxième place comme meilleur pays dans le classement de US News pour une troisième année consécutive. Le classement a été dévoilé à la fin janvier.

« Incubation totale ! Taux d’occupation des bureaux 100% ». C’est sur le compte Twitter de FrancoPreneurs que la bonne nouvelle a été partagée, le 18 janvier. Si tous les bureaux du CDÉA (Conseil de développement économique de l’Alberta) sont actuellement loués, la location signifie-t-elle pour autant que l’incubation des entreprises locataires est réussie ? Le Franco est allé à la rencontre de plusieurs entrepreneurs afin de mieux comprendre les services qui leur sont offerts, et cerner ce que l’incubation d’entreprise recouvre. Enquête.

header bannerFranco

Le ministère Diversification de l’économie de l’Ouest (DÉO) Canada a annoncé lundi 8 janvier un investissement de 750 000 $ sur trois ans dans le développement du secteur francophone de la production audiovisuelle et numérique. Cette bonne nouvelle est accueillie avec enthousiasme par les sociétés concernées, dont trois en Alberta, témoins et actrices de la croissance vigoureuse du secteur.

Stephan Gabriele fondateur de la societe Orange Iceberg sur le plateau de Chalet de lAlberta

Que va t-il advenir du CDÉA? Depuis quelques temps, l’organisme fait l’objet de discussions répétées concernant ses changements successifs à la direction générale. Juste Kagisye ne sera pas resté longtemps à sa tête. Après son départ précipité il y a quelques semaines, ce dernier a été remplacé au pied levé par M. Étienne Alary, ancien chef d’équipe aux affaires publiques du Campus Saint-Jean. Que pensent les entrepreneurs de cette situation ?

Page 1 sur 5
Aller au haut