Après avoir marché les 800 km du Francés en 2011, Ronald Tremblay savait à quoi s’attendre sur le Camino Norte. Il avait dépoussiéré sa vieille liste d’équipement et étudié de près les premières étapes cruciales du parcours pittoresque.  Le
« Norte » constitue en effet un plus grand défi que sa contrepartie classique en partance de Saint-Jean-Pied-de-Port.  Un proverbe yiddish dit « l’Homme propose et Dieu dispose » (« Man plans and God laughs »). Ce dicton trouve tout son sens dans ce genre de situation. On peut en effet prévoir absolument tout… sauf l’imprévisible.

JEUDI 5 MARS – Saint-Jean-de-Luz à Hendaye

« Après avoir vécu les intempéries de trois saisons lors de mon premier jour de marche dont une brève mais surprenante tempête de neige entre Bayonne à Saint-Jean-de-Luz, le trajet jusqu’à Hendaye a été caractérisé par un soleil radieux et une légère brise. Une partie de la route longeait la mer.

Aller au haut