Eglande CoverLe 6 novembre, Éloi DeGrâce a présenté aux membres du Club des retraités d’Edmonton une courte publication à propos d’une fière Franco-Albertaine qui est décédée il y a un peu plus d’un an.

 

Le livret biographique brosse le portrait d’Églande Mercier (1918-2014) qui fut une grande bénévole dans diverses organisations de la francophonie albertaine.  Elle a notamment été active dans des organisations provinciales comme l’Alliance des femmes de la francophonie canadienne et la Fédération des aînés franco-albertains (FAFA).  Elle a aussi laissé sa marque avec des organisations culturelles comme les Amis du fléché et le Cercle d’artisanat canadien-français.

 

La biographie de 25 pages contient quelques photos d’Églande et des extraits de son journal personnel qui font connaître son point de vue sur bien des activités auxquelles elle a pris part.


La publication qui s’intitule tout simplement « Églande Mercier » est disponible au bureau de la FAFA, à La Cité francophone, au coût de 6$ (8$ par la poste).

Laureats Prix reconnaissanceLe samedi 7 novembre, plus de 175 invités se sont joints au Gala Saint-Jean pour célébrer à la fois les efforts de nouveaux titulaires de bourses, mais aussi pour honorer des grands ambassadeurs de la communauté. Une nouvelle formule qui a su rassembler la communauté franco-albertaine.

 

L’évènement, qui se déroulait à la Cité francophone d’Edmonton, a permis de reconnaitre les efforts académiques et communautaires des étudiants du Campus Saint-Jean, tout en célébrant les lauréats des Prix de reconnaissance Saint-Jean pour l’année 2015. Le Campus Saint-Jean a opté pour une nouvelle formule cette année, soit celle de rassembler la remise des bourses, qui se faisait habituellement en après-midi, avec le Gala Saint-Jean, qui se déroulait en soirée.

   

12202215 10153774990753885 1193596268 n 1Ce samedi 31 octobre, dans le contexte de la semaine de l’immigration Francophone, le centre d’accueil et d’établissement (CAE) d’Edmonton a organisé une journée à la Cité francophone. Cet évènement souligne la présence des derniers arrivants, arrivés de 2014 à octobre 2015.  C’est, d’après Kaji-Ngulu Béda, coordonnateur des services d’intégration de l’association CAE et organisateur, le moment qui ouvre la semaine de l’immigration francophone pour la communauté.

 

« Nous sommes une communauté francophone minoritaire et la communauté s’enrichit de nouveaux membres. Il y a un nouveau monde de l’immigration à Edmonton. Que ce soit des individus du monde ou des autres provinces du Canada », souligne monsieur Béda.

 

Plus de 400 personnes se sont inscrites à l’occasion de la journée de la diversité canadienne et plusieurs activités leur étaient proposées. Les organismes communautaires ont donc ouverts des stands, afin de favoriser un contact direct avec les nouveaux arrivants francophones. Le but étant de leur offrir des opportunités d’intégration en les informant de leurs droits et des services mis  à leur disposition.

 

Un séminaire a été organisé et, c’est sous forme d’atelier que l’histoire de la communauté francophone en Alberta et de ses enjeux a été abordée. Puis, des visites d’associations culturelles  et enfin un grand rassemblement se sont également tenus. Le maire Don Iveson s’est déplacé pour l’évènement et a glissé quelques mots à cette occasion. Cette journée s’est cloturée avec une série de spectacles de chants et de danses des différentes communautés culturelles et francophones.

 

12188473 10153774990843885 1695089446 nToutes ces activités visaient à célébrer la diversité culturelle de la communauté francophone en Alberta. « Durant la semaine, puisque l’immigration est l’affaire de tous, nous voulons célébrer notre diversité culturelle francophone et accueillir les nouveau arrivants. Nous voulons souligner leur présence et créer des liens entre les nouveaux membres de la communauté francophone d’Edmonton », nous rappelle le coordonnateur des services d’intégration de l’association.

 

D’après lui, pour qu’il y ait de la facilité dans l’intégration des nouveaux membres et pour créer un sens d’appartenance à une communauté, il faut les aider à donner le meilleur d’eux-mêmes en participant aux activités communautaires. 

 

Ce rassemblement aura encore lieu l’année prochaine pour faciliter l’accueil des prochains arrivants francophones.

 

Photos: Sarah Chériet

2015-10-21 10.39.30Le taux de chômage a peut-être augmenté à 6,5 pourcent dernièrement en Alberta; mais le nombre de chercheurs d’emploi ayant participé à la foire à l’emploi de Connexion Carrière du 21 octobre, lui, est resté sensiblement le même. L’association, qui organise ce genre d’évènement tous les six mois, a accueilli plus de 200 francophones et francophiles au collège Bow Valley de Calgary.

 

Sur place, les gens s’échangent des poignées de main, font connaissance mais surtout, se partagent de l’information, des cartes d’affaires et des curriculum vitae. Le tout se passe surtout en français. « On veut avoir des entreprises qui cherchent des candidats bilingues où le français va être un atout et un besoin dans leur entreprise », explique celle qui agit d’intermédiaire entre le chercheur d’emploi et l’employeur à Connexion Carrière, Carole Bédard.

Gens qui ecoutent 3Une centaine d’entrepreneurs et de membres de la communauté francophone de l’Alberta se sont rassemblés à l’hôtel Sheraton Cavalier de Calgary, les 23 et 24 octobre, pour le 6e Rendez-vous d’affaires du Conseil de développement économique de l’Alberta (CDÉA). L’évènement, qui se tient normalement à Edmonton, était pour la première fois à Calgary cette année.

 

« J’étais nerveux à l’idée de tenir l’évènement à Calgary. Je suis tellement content du résultat. Après tout, nous sommes un organisme provincial donc c’est à nous de s’assurer que toutes nos activités ne soient pas toujours à Edmonton », souligne Marc Tremblay, le président-directeur général du CDÉA.

Évènement provincial

IMG 0520David Eggen ministre de l’Éducation, de la Culture et du Tourisme a répondu présent, le samedi 17 octobre lors du congrès francophone 2015 au centre Shaw d’Edmonton. Une occasion unique pour de nombreux francophones de pouvoir exposer directement les défis et les obstacles qu’ils rencontrent au responsable du Secrétariat francophone. Parmi les nombreux dossiers, le statut politique du français en Alberta n’a pas tardé à être soulevé. Le ministre a marqué sa volonté de faire avancer le dossier. Retour sur cette rencontre !

C’est presque un vent de fraicheur qui a soufflé lors de l’allocution de David Eggen. Sa candeur et sa simplicité dans sa manière d’échanger ont été saluées par plusieurs personnes.  Notamment, Nicole Buret de l’ACFA de Calgary en témoigne : « c’est une belle déclaration d’intention, et puis il nous a bien dit qu’il faudra voir sur le budget, alors on attend le budget avec impatience et puis j’ai aussi apprécié l’ouverture d’esprit, la franchise ».

Derochers LouisGrande figure de la communauté francophone, Me Louis Desrochers a rendu son dernier souffle le 28 septembre. Les funérailles, qui se sont déroulées le 6 octobre, sont le moment de mettre en perspective le parcours de vie exceptionnel, et la carrière d’un homme passionné et passionnant qui a tant donné pour les autres, mais aussi pour la communauté francophone. Si la disparition récente de Me Desrochers ne lui confère pas encore le statut de légende, l’œuvre du temps abondera certainement dans ce sens. En attendant, Me Desrochers est indéniablement une source d’inspiration pour les jeunes comme les plus vieux. À nous de savoir en prendre de la graine. 

Épris de justice, c’est probablement ce leitmotiv qui a guidé Louis Desrochers durant sa carrière fulgurante d’avocat. Frank McMahon, ancien premier doyen, recteur et professeur au Campus Saint-Jean a très bien connu Louis Desrochers, ils étaient même amis.  M. McMahon témoigne ces jours-ci de la personnalité atypique de l’un des « francophones les plus influents dans la francophonie albertaine durant la deuxième partie du 20e siècle ».

P1080225À peine trois mois après l’ouverture de leur entreprise de cours de premiers soins en ligne, le Franco-Albertain Stephan Guénette et sa partenaire d’affaires, Morgan Moe, voient grand. Ils voudraient tripler leur offre durant la prochaine année. Dans un futur plus lointain, on pourrait même voir apparaître des cours en français sur leur site Internet.

 

Les bureaux de la jeune entreprise Mountain Med Online sont remplis d’équipement de production cinématographique et de matériel de premiers soins. C’est à cet endroit que les deux entrepreneurs albertains filment une partie des vidéos destinées à expliquer, par exemple, comment se servir d’un bâton d’expédition pour immobiliser une fracture. L’autre partie du tournage se fait en montagne où les formateurs utilisent des accessoires du décor, un arbre ou une roche par exemple, pour enseigner des techniques de massage et de soins.

Eggen Sherwood ParkLe ministre de l’Éducation de l’Alberta, David Eggen, a rencontré les élèves et le personnel enseignant de l’école Sherwood Park, temporairement installée à la Cité francophone d’Edmonton, le 28 septembre. Cette visite avait pour but d’encourager l’enseignement du français dans la province.

Depuis son emménagement en août à la Cité francophone, l’école de Sherwood Park attend sa nouvelle construction. Le personnel de l’école et certains parents croient que, même si la situation actuelle est temporaire, les locaux de la Cité arrivent à combler les besoins des élèves.

Patricia LortieCinq artistes francophones de Calgary exposeront leurs oeuvres le 26 septembre à la Cité des Rocheuses dans le cadre de la Fête de la culture, qui se tiennent du 25 au 27 septembre. Parmi les oeuvres, Oser rêver, que l’artiste Patricia Lortie a créée pour les Jeux Olympiques de Vancouver, sera exposée pour la première fois dans la métropole.

 

Oser rêver est un ensemble de deux sculptures en bronze, en métal et en verre, qui représentent l’atteinte d’un but et la réalisation d’un rêve. Particia Lortie a distribué un sondage auprès des membres du public où elle les questionnait sur leurs rêves et ce qui les empêchaient de les réaliser.

Page 4 sur 5
Aller au haut