Du 30 janvier au 13 février, de Falher à Bonnyville, la chanteuse Sandra Le Couteur parcourra l’Alberta dans le cadre d’une tournée de concerts « chez l’habitant ». L’Acadienne promet d’emmener les spectateurs dans l’univers de son île, l’île Miscou.

« J’ai été bercée par la grande chanson française parce qu’on avait une radio qui diffusait les artistes français et québécois », explique Sandra Le Couteur. Elle a grandi à Miscou, une île « très très isolée » à l’extrême nord-est du Nouveau-Brunswick. Cette enfance atypique nourrit aujourd’hui ses textes. « Quand j’étais petite, y’avait pas de pont, on avait un traversier », se souvient-elle. Un pont a finalement été construit en 1996.

Chanteuse depuis toujours (« je dis toujours que j’ai chanté à mon baptême »), Sandra en a fait son métier sur le tard. « Mes enfants sont entrés à l’université et j’ai pris la décision de plonger », raconte l’Acadienne née en 1956. Elle gagne le prix du public du Gala de la chanson de Caraquet en 1992 et enchaîne les concerts : « À la Place des Arts (immense complexe artistique à Montréal, NDLR), au Vietnam, en France…  Je me suis promenée pas mal ».

Aller au haut