Le cinéma Garneau diffusera les deux premières parties du documentaire The Great Human Odyssey de l’anthropologue Niobe Thompson le 11 février. Ce long métrage raconte comment les premiers êtres humains ont exploré et conquis la planète. Beaucoup d’images du film ont été capturées par l’hélicoptère téléguidé de Gabrielle Nadeau, qui a ainsi pu voyager en Namibie, en Sibérie, en Papouasie-Nouvelle-Guinée…et en Alberta !

Comment en êtes-vous venue à créer l’entreprise SkyMotion Video ?

Mon partenaire – qui est aussi mon mari, Charles Taylor – et moi, on est tous les deux allés à l’Université de York (Toronto) et on a tous les deux travaillé en cinéma. Charles a commencé comme assistant cameraman et moi comme éclairagiste et machiniste. […]

Charles regardait un peu la technologie des hélicoptères téléguidés et il s’est dit : ‘‘Mon Dieu, ça m’aurait été utile très souvent sur le plateau’’. […] J’ai pris un cours de soir pour savoir comment faire un plan d’affaires et avoir des prêts. […] On a fait un entraînement sur un simulateur de vol pour hélicoptères téléguidés. On avait un petit hélicoptère pour pratiquer à la maison et tout…

Ensuite on a commencé à monter notre gros hélicoptère. […] Toutes les pièces venaient de partout dans le monde. Notre ‘‘cerveau’’ venait de la Chine, nos hélices de l’Angleterre, ce qui stabilise la caméra venait de la Nouvelle-Zélande… […]

Quelle est la répartition des rôles avec votre mari ?

Moi et Charles, on a chacun 50% de l’entreprise. Je suis l’opératrice de la caméra du drone et mon partenaire est le pilote. […] Avant la prise, on fait un plan de vol. [… ] Admettons qu’on suive un groupe de personnages qui traversent le désert : je m’assure d’avoir la bonne vitesse, la bonne orientation… et je fais le cadrage de la caméra. Lui positionne le drone. […]

Aller au haut