Le 31e Festival de musique folk d’Edmonton a tenu une bonne partie de la communauté médiatique et de la population d’Edmonton occupée. Avec plus de 70 artistes, dont plusieurs de renommée internationale, se partageant sept scènes pendant quatre jours avec le beau temps au rendez-vous pour le plus gros festival folk au pays, difficile d’imaginer le contraire.

Au milieu de cette masse anglophone, il était possible d’entendre des festivaliers s’exprimer en français entre eux, en plus de plusieurs artistes glissant quelques mots en français pendant leur spectacle. Retour sur un festival où les barrières linguistiques n’existaient plus, ne laissant place qu’à la musique.

Aller au haut