Du 2 au 5 août s’est tenu le Festival de Country, Big Valley Jamboree, à Camrose pour la 26e édition. Au rendez-vous, des grands noms de la country tels que Thomas Rhett, les Alabama et les Florida Georgia Line.

Festival country Camrose

Camrose a célébré la francophonie le lundi 12 mars au campus Augustana de l’Université de l’Alberta. Plus de 120 participants sont venus partager leur expérience commune et leur amour du Français. Au programme, activités culturelles, ventes de livres et jeux éducatifs sur la francophonie internationale par l’entremise de la librairie Le Carrefour et de Canadian Parents for French- Camrose Chapter.

 Salon du livre Camrose

Pour la deuxième année, l’ACFA de Camrose et le Campus Augustana s’associent afin d’organiser des activités dans le cadre des Rendez-vous de la francophonie.  Au menu : remises de prix, projections de films et – nouveauté – un atelier slam. Tout est gratuit.

En 2014, le professeur Jean-Blaise Samou a pris l’initiative de rapprocher le cercle local de l’ACFA de Camrose-Battle River avec le Campus Augustana où il enseignait. Cette semaine de la francophonie proposait des projections de films de l’Office national du film (ONF) et des remises de Prix de la francophonie pour des écoliers.

Une formule reconduite mais aussi étoffée cette année, puisqu’un atelier slam (initiation à la poésie orale) sera par ailleurs proposé le 18 mars par l’enseignante et dramaturge Donia Mounsef. « C’est la première fois à Camrose. C’est ouvert au public et à tous les étudiants francophones et francophiles », encourage Srilata Ravi, professeure de français au Campus Augustana et organisatrice de l’évènement.

Si l’on met de côté la cérémonie de lever du drapeau qui se tiendra au Bill Fowler Centre le 20 mars, toutes les activités des Rendez-vous de la francophonie se dérouleront au Campus Augustana. « L’Université est extrêmement importante dans la communauté de Camrose, avec de grands et beaux locaux pour rassembler tous ces gens-là, affirme Mme Ravi. […] C’est une occasion pour les parents de voir ce qu’il se passe au niveau du français sur le campus… et pour les universitaires de s’ouvrir à la communauté. »

Trois nouvelles écoles ont vu le jour à la rentrée 2014. Leur confessionnalité vient d’être déterminée grâce aux votes des parents d’élèves.

« Le vote pour le ‘‘public’’ était dans le meilleur intérêt de l’école, estime Malorie Aubé, laprésidente du conseil de l’école francophone de Camrose. On voulait que notre environnement soit inclusif. » Sur les 27 bulletins envoyés aux parents, 21 sont revenus dans les temps… et 20 soutenaient le choix du public. L’école sera donc officiellement publique à la rentrée 2015. Pour autant, il reste « envisageable » de mettre en place un cours d’éducation catholique, en cas de demande des parents.

À Beaumont, les parents d’élèves en ont décidé autrement. 60% des bulletins reçus réclamaient une école catholique. Une surprise pour Daouda Marika qui avait « l’intime conviction » que l’école serait publique. D’après Alain Bertrand, le président du conseil d’école, un cours alternatif d’éthique et culture religieuse devrait être proposé pour les enfants dont les parents ne souhaitent pas d’éducation catholique. « Si c’est le cas, alors je ne vois aucun problème à ce que ma fille reste à l’école francophone catholique de Beaumont », confie M. Marika.

Aller au haut