Lift d'Andrea Menard : « Un album pour te faire sentir mieux »

La chanteuse métisse Andrea Menard présentera son nouvel album Liftaux côtés du guitariste Robert Walsh – producteur et co-auteur du disque – vendredi 14 novembre à Edmonton, puis les 15 et 16 à Calgary. Le Montréalais nous en dit plus…

Le Franco (LF) : Comment avez-vous rencontré Andrea Menard ?

Robert Walsh (RW) : J’ai grandi à Montréal, j’ai passé dix ans à Toronto et puis c’est en venant en Alberta avec ma femme – qui a grandi ici –, que j’ai rencontré Andrea. [Ma femme] a fait une pièce de théâtre avec elle en Saskatchewan. Après ça, on est devenu des amis.

Andrea avait une bourse pour créer une pièce de théâtre, a musical, et elle a dépensé tout son argent sur une auto, un ordinateur… elle n’a rien écrit ! (rires) Elle m’a demandé de travailler avec elle sur la musique et on a créé notre première chose ensemble qui s’appelait The Velvet Devil. […] Ça a commencé comme un one-woman-show et puis CBC a décidé de faire un film avec*. […] Ça raconte l’histoire d’une femme métisse qui s’est trouvée à Toronto chantant du jazz et tout… C’est une belle histoire.

Après ça, l’Institut Gabriel-Dumont a approché Andrea pour faire quelque chose de métis. On a écrit tout un album (Simple Steps, 2005). Tu ne dirais pas que c’est de la musique autochtone comme telle mais il y a des influences. […] Ça a remporté beaucoup de prix.


On a ensuite fait un troisième album qui s’appelle Sparkle (2008). Un album de Noël… sans l’aspect chrétien (rires).

 

En 2006, Andrea Menard et Robert Walsh ont raflé trois prix aux Canadian Aboriginal Music Awards :
Best Folk Album (
Simple Steps), Best Album of the Year (Simple Steps) et Best Song / Single (100 Years).

 

LF : Vous êtes co-auteur, guitariste et choriste sur tous les morceaux de l’album Lift d’Andrea Menard…  Comment s’est passée votre collaboration ?

Il y avait une journée où Andrea ne se sentait pas bien. Elle était déprimée, le monde était un peu noir… Elle cherchait des playlistspour [se remonter le moral], mais elle n’a pas trouvé beaucoup de choses. On a eu une petite conversation après et puis on s’est dit : ça c’est notre prochain projet, un album pour te faire sentir mieux. C’est ça l’idée de Lift. On est très fier de ça. Ce n’est pas vraiment ce à quoi tu t’attendrais… C’est pas quétaine ! […]

C’est très personnel. J’hésite à dire le mot spirituel parce qu’on a tous nos propres façons de regarder ça… Mais ça montre une grande partie de qui nous sommes.

Quand on travaille [avec Andrea], c’est très intense : on n’est jamais resté dans les mêmes villes mais quand on se réunit, ça dure toujours entre trois et quatre jours. On ne perd pas notre temps à discuter : « Cette idée-là, je sais pas si… Non, ça c’est pas bon, on continue ! » (rires) On se connait très bien.

LF : Quels retours avez-vous eus depuis la sortie de l’album en mai dernier ?

RW : On a fait une petite tournée au début de l’été et les réactions qu’on a eues jusque-là sont très positives. […]. Dans les centers of spiritual awarenessdans l’Ouest du Canada et des États, il y a de belles places pour notre musique. [On s’adresse aux gens qui] cherchent une autre sorte de musique qui n’est pas cynique, qui parle des vraies choses mais qui est le fun en même temps.

 

LF : Est-ce que vous écrivez de la même manière en français et en anglais ?

RW : Je dirais que ça n’influence pas forcément les sujets. C’est plutôt le fait qu’une chanson arrive dans une langue ou l’autre. […] Après, c’est certain que quand tu écris pour tel projet et que ce projet est francophone, tu vas écrire en français. […] Beaucoup de monde dans la francophonie me connait mais j’aimerais aussi leur donner la chance d’écouter d’autres choses que je fais !

* Première représentation de la pièce en 2001, sortie de l’album en 2003 et téléfilm en 2006


Prochains concerts

14 novembre, 20h30 : Café bicyclette (La Cité francophone), Edmonton (20 $)

15 novembre, 20h : Bali and Beyond (720 17th Ave SW), Calgary (20 $)

16 novembre, 10h30 : Centre for Spiritual Living (SAIT Campus Centre - Orpheus Theatre), à Calgary (donation)

Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Aller au haut