Exposition "Emplir le vide" : sept oeuvres racontées par leurs auteurs

Présentée cet été à l'Art Gallery of Grande Prairie, l'exposition itinérante Emplir le vide / Filling the void est ensuite partie en voyage dans le sud-est de l'Alberta. Après avoir passé un mois à l'école de Standard, l'expo s'installe aujourd'hui à la bibliothèque de Rockyford (horaires).

Emplir le vide est constituée de 21 oeuvres réalisées par sept artistes francophones. Tous ont accepté de nous parler d'une de leurs oeuvres.


Présentification d'un paradis #1 de Jean-René Leblanc
 

 

Comment est née cette oeuvre ?
"Au cours d'un voyage à Hawaii sur la grande île, j'ai été surpris de voir autant de voitures abandonnées dans la nature. J'ai donc décidé de faire un projet artistique sur ce phénomène particulier."

Que vouliez-vous représenter / transmettre ?
"J'ai voulu présenter un contraste entre la beauté exceptionnelle de la nature et ce phénomène d'abandon de voitures. Pour moi, la voiture est un symbole emblématique du capitalisme et de la surconsommation."

Quelles techniques et quels matériaux avez-vous utilisés ?
"J'ai utilisé la photographie numérique standard (en couleur) pour représenter les voitures en nature, et j'ai photographié la nature avec un appareil photographique numérique infrarouge. Parce que les rayons lumineux infrarouges sont invisibles à l'oeil nu, j'ai voulu capter la beauté invisible de cette nature incroyable. Les images en infrarouge ont été converties en image noir et blanc. Finalement, j'ai opté pour une composition d'image en diptyque pour créer une relation dynamique entre l'image en noir et blanc de la nature et celle en couleur des voitures."

 

La Curiosité de Rachelle Bugeaud

Comment est née cette oeuvre ?
"Derrière cette oeuvre, il y a un autoportrait que j'ai dû peindre lorsque j'étais à l'université. J'aimais bien les couleurs mais je ne n'aimais pas la composition donc j'ai décidé de l'utiliser comme base pour une exploration artistique."

Que vouliez-vous représenter / transmettre ?
"Lorsque je crée de l'art, je me donne rarement une idée de l'oeuvre finale. Je suis plus intéressée par le processus artistique et l'expérimentation matérielle. C'est-à-dire que je suis très curieuse de la façon dont certains matériaux vont interagir. Je crois que c'est une oeuvre que tous peuvent interpréter d'une différente façon et trouver leur propre message. Pour moi, j'associe le visage du jeune avec l'innocence. Je le mets en contraste avec la forêt noire et morte qui se retrouve en dessous de lui. Il y a un chantier (à la diagonale) qui traverse l'oeuvre et se rend à la forêt et à une maison ou château. C'est pour ça que j'interprète cette oeuvre comme documentant l'histoire d'une aventure. D'autres pourraient y voir de la fumée qui monte d'une forêt, et le visage de l'enfant étant comme un fantôme. Le cadre étant construit de bois, cela raffermit la thématique de la forêt."

Quelles techniques et quels matériaux avez-vous utilisés ?
"Ceci est une oeuvre qui utilise d'innombrables matériaux et plusieurs techniques artistiques. En dessous, c'est une peinture à l'huile. J'ai ensuite peint dessus avec de l'acrylique pour rendre la composition plus abstraite. J'ai utilisé du gel acrylique pour transférer des images que j'avais découpées de magazines, de la cire que j'ai fondue au-dessus (et que j'ai ensuite grattée pour enlever certaines parties) et d'autres peintures acryliques pour développer la composition. Il y a aussi du fusain ici et là pour faire ressortir la texture de l'oeuvre."

 

Ballance II de Doris Charest

 


Comment est née cette oeuvre ?
"Avec Danièle Petit, on a visité des studios de danse [Citie Ballet à Edmonton]. On a pris des photos, fait des dessins… Au ballet, la lumière était très intéressante… notamment la manière dont elle tombait sur la danseuse."

Que vouliez-vous représenter / transmettre ?
"J'ai été frappée par le mouvement précis que les danseuses cherchaient à perfectionner."

Quelles techniques et quels matériaux avez-vous utilisés ?
"C'est un média mixte à base d’eau avec de la gouache, de l'acrylique, de l'aquarelle… Il y a 20 niveaux !"


Tension-Attention de Danièle Petit
 

Comment est née cette oeuvre ?
Tension-Attention fait partie d'un projet partagé avec l'artiste-peintre Doris Charest, sur le thème de la danse. Mon intention personnelle pour cette série "Transcendance sur un air de..." visait surtout à travailler sur le monde invisible de la danse ; sa dureté, l'énorme travail que cela demande, l'éternelle compétition, sans parler de la peur de l'accident et du vieillissement : un monde d'extrêmes tensions."

Que vouliez-vous représenter / transmettre ?
"Difficile à exprimer, tout ça... Je me suis souvenu d'un spectacle de Paul-André Fortier, danseur-chorégraphe québécois qui m'avait fortement impressionnée (10 ans auparavant !). Celui qu'on a rebaptisé "l'homme qui danse" est réputé pour "s'imposer des contraintes d'espace, de temps et de techniques, afin d'explorer ses propres limites et celles de son art". Tout était là et c'est ce que j'ai essayé de transmettre par cette silhouette solitaire, recroquevillée et tendue dans un espace nu, tenue vers... vers quoi ?"

Quelles techniques et quels matériaux avez-vous utilisés ?
"C'est une toile simple : je n'ai utilisé que l'acrylique, la ligne, le glacis et le pinceau."

 

Forces Cosmiques de Sylvie Pinard

 

Comment est née cette œuvre et avec quelles techniques ?
"Au départ, j’ai choisi deux couleurs de peinture acrylique qui s’harmonisent très bien, soit le turquoise et le brun rouge. L’application de ces deux couleurs, d’une façon aléatoire variant de couche mince ou en relief pour créer de la texture, sert de trame de base. Donc au départ de ce processus, il n’y avait aucune idée préconçue.  Une première impression se dégage doucement et une idée ou des idées prennent racine d’une façon intestine. J’emprunte une direction en ajoutant des feuilles métalliques et de la moulure à café.  Avant même que le tout soit bien séché, j’enlève avec un outil dur comme une fourchette une partie du matériel appliqué pour en modifier l’effet. Je reviens avec de la peinture acrylique pour donner plus de profondeur en l’appliquant en couche mince ou en traits épais. J’ajoute des feuilles métalliques, etc. C’est réellement un processus de va-et-vient."

Que vouliez-vous représenter / transmettre ?
"Les forces cosmiques sont responsables de la transformation de notre univers. La matière y est dispersée ou agglomérée, en fait elle est continuellement recyclée. C’est un processus naturel que nous devons adopter dans notre mode de vie. Soyons des citoyens responsables. La vie en sera plus belle !"



Majestic de Sabine Lecorre-Moore


Comment est née cette oeuvre ?
"Majestic a été créée après Entr’Arts 2011, une résidence d’art au Banff Center organisée par le RAFA. Cette œuvre fait partie de ma série de peintures "Âme nue". En peignant les montagnes, j’ai découvert que je faisais partie du paysage canadien. Je suis, en quelque sorte, autant canadienne que française."

Que vouliez-vous représenter / transmettre ? Avec quelles techniques et quels matériaux ?
"Dans mes toiles, je veux transmettre un profond sens de la beauté. Je veux parler de la beauté qui nous entoure, en gros plan et sans artifice. Je joue avec la peinture acrylique pour communiquer la sensation de mouvement. Je simplifie au maximum les détails pour atteindre l’essentiel qui est la forme, la couleur et la texture. Mon but est tout simplement de toucher émotionnellement le spectateur."



Brisée de Patricia Lortie

Comment est née cette oeuvre ?
"Cette toile est une expression visuelle faisant honneur à ma grand-mère paternelle. Il y a deux ans, j'ai eu la chance de lire son journal intime écrit entre 1932 et 1935. Cette lecture m'a permis de la connaître, puisqu'elle est décédée bien avant ma naissance."


Que vouliez-vous représenter / transmettre ?
"Cette femme digne et vaillante a eu une vie difficile qui a fini par lui briser le coeur, le corps et l'âme. Cette toile est une visualisation de cet être brisé par des années de chagrin. Le corps est emporté dans un mouvement destructif et ne peut que suivre ce mouvement créé par les couleurs."
 

Quelles techniques et quels matériaux avez-vous utilisés ?
"La toile est réalisée en deux étapes, d'abord un fond en acrylique qui me permet d'installer couleurs et mouvements, puis une couche à l'huile où j'installe le corps dans ce mouvement."

 

 

Dates de la tournée d'Emplir le vide dans le sud-est de l'Alberta (3 septembre 2014 - 25 février 2015) :

  • 03/09 - 01/10 : Standard School, Standard
  • 08/10 - 05/11 : Rockyford Library, Rockyford
  • 12/11 - 10/12 : Brooks Public Library, Brooks
  • 17/12 - 21/01 : Drumheller Public Library, Drumheller
  • 28/01 - 25/02 : Medicine Hat College-Brooks Campus, Brooks


Photos des oeuvres : courtoisie des artistes

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Aller au haut