De Montmartre à Churchill Square

La Galerie d’art de l’Alberta présente depuis le 6 septembre dernier une exposition sur l’exubérance de Paris au tournant du XXe siècle en compagnie de Toulouse-Lautrec et de ses pairs. 

 

Vous reconnaitrez les affiches de la Troupe de Mille Eglantine (Toulouse-Lautrec) ou celle de la Tournée du Chat Noir (Théophile-Alexandre Steinlen). Elles sont devenues des icônes de toutes les cuisines. 

 

« On va sûrement susciter beaucoup de questions puisque le MOMA (Musée d’art moderne) à New York présente une exposition sur Toulouse-Lautrec également et ils ont les mêmes affiches que nous », note avec un sourire la responsable des expositions à la galerie d’art, Laura Ritchie. C’est que justement, même les originaux sont des affiches en plusieurs exemplaires.

 

Au delà de ces images particulières, c’est le contexte artistique de la vie moderne du Paris de 1880 à 1910 que vous propose de découvrir la Galerie d’art de l’Alberta. La modernité passait par la scène des cabarets et des bars où les artistes de toutes disciplines pouvaient se retrouver et expérimenter librement. 

 

 

« Les arts visuels et les arts de la scène étaient liés : le matériel promotionnel pour les spectacles ou les cafés-concerts permettaient à certains artistes de survivre », explique Laura Ritchie. D’anciens programmes, livres-souvenirs et même les silhouettes de zinc d’origine qui servaient au théâtre d’ombres du Chat Noir, font écho aux peintures et aux affiches. Bref, Toulouse-Lautrec est la tête d’affiche, mais l’exposition est le portrait collectif d’une époque par plus d’une centaine d’artistes. 

 

Les œuvres ont été sélectionnées par le curateur américain vivant à Paris Phillip Dennis Cate et proviennent de différentes collections, l’une d’Amsterdam « dont l’objectif principal est de faire transparaitre la nature kaléidoscopique de l’art français au XIXe siècle », relate Mme Ritchie.  Ce qui tombait dans le mille, pour Toulouse-Lautrec et la vie moderne. 

 

Au Colorado avant l’Alberta, l’exposition est en tournée. « La Galerie d’art de l’Alberta est le seul endroit au Canada à l’accueillir », a fièrement lancé la directrice générale, Catherine Crowston, lors du point de presse. 

 

L’exposition est à Edmonton jusqu’au 16 novembre. Des tours guidés en français sont offerts, ainsi que plusieurs programmes éducatifs et événements spéciaux. L’un d’eux devrait être une soirée de discussion en français à la galerie, organisée conjointement avec l’Alliance française. La date de cette activité devrait être fixée ultérieurement. 

 

 

Des paysages idylliques par les peintres symbolistes aux portraits des artistes, des écrivains et des vedettes de l’époque aux scènes de cabaret et de nus, il y a un peu de tout et suffisamment pour vous faire fredonner des airs d’accordéon et rêver de Montmartre. 

 

Le conseil de l’experte : « Tout ce que vous devez savoir pour apprécier cette exposition, c’est que dans cette scène artistique-là, tout était permis ! C’est ça qui a donné naissance à la modernité ».

 
 
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Aller au haut