#aventurefringe : The Hollywoodland Burlesques – « Le côté noir de la célébrité »


Hollywood, 1932. Dans la jungle vorace du monde des célébrités, c’est chacun pour soi. On fait des pieds et des mains pour obtenir des rôles et connaitre la gloire, aussi éphémère soit-elle. « They have loose lips, but nothing to lose. » Voilà le motto de Louella Parsons, chroniqueuse américaine. Reine du commérage, elle fera tout pour savoir qui a tué Paul Bern. Tout.


Écrit par Ellen Chorley et dirigé par Lana Michelle Hughes, la pièce The Hollywoodland Burlesques nous transporte au cœur de ce que l’on croit être le complot du meurtre de Paul Bern. « Sans le vouloir, la pièce est actuelle et traite de sujets présents dans les médias en ce moment. C’est le côté noir de la célébrité qu’on veut montrer », explique Madeline Knight.

D’excellents acteurs, précis et solides à toutes les intempéries – un bouchon de champagne qui explose vers la foule – avec un pas de danse et une synchronicité impressionnants. J’ai me suis rapidement laissée porter par la survoltée Louella Parsons (Ellen Chorley), le charme de Jean Harlow (Delia Barnett), l’exubérance de Hedda Hopper (Elena Porter), les clins d’œil complices de Freddy Walker (Chris W. Cook) et la fragilité de Peg Entwistle (Madeline Knight). Mon premier burlesque… mais certainement pas le dernier !

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Aller au haut