Tournée théâtrale provinciale

La pièce « Les Inséparables » de France Levasseur-Ouimet en est à sa première semaine de tournée et déjà, on parle de représentations dans d’autres provinces.

Le projet, piloté par la Fédération des ainés franco-albertains (FAFA), est une première. Les régions rurales de l’Alberta ne se souviennent pas la dernière fois qu’elles ont accueilli une pièce de théâtre professionnelle, habituées plutôt aux spectacles de musique, même si rares eux aussi.


« Ils apprécient énormément qu’on aille les voir et qu’on fasse une pièce en français », dit le comédien André Roy. Lui et son comparse Gilles Denis, ami dans la pièce et dans la vie, sont connus des Franco-Albertains, ce qui rajoute à l’attrait des Inséparables. À Bonnyville, plus de 80 personnes étaient présentes. De six communautés participantes, la tournée est passée à plus d’une dizaine de destinations, et plus le mot se donne, plus on en réclame.

« Je considère que c’est un hit », lance Gabrielle Bujold, coordonnatrice du projet et troisième comédienne qui joue Catherine, la propriétaire du café Le Grand comptoir.

L’auteure compositrice franco-albertaine vivait au Québec depuis 28 ans quand l’auteure de la pièce, France Levasseur-Ouimet, l’a convaincue de venir en Alberta pour se joindre à l’équipe. Celle qui n’a pas d’expérience en théâtre se dit faire un apprentissage rapide et tout en douceur grâce aux deux professionnels qui l’entourent.

« Et puis, France Levasseur-Ouimet a créé ces personnages avec nous en tête, alors on a vraiment du plaisir »,  rajoute-t-elle.

Cette histoire toute simple en est une d’amitié et de vieillissement, parce que « vieillir est un privilège », insiste André Roy.

Bien qu’étant un projet de la FAFA, les comédiens souhaitent que leur pièce atteigne un public de 25 ans et plus, ce qui a été le cas de la première représentation ayant eu lieu à Fort McMurray le 14 novembre dernier. « Parce qu’à 25 ans, on commence à avoir une famille, et les grands-parents reviennent dans le décor », note Mme Bujold.

Les plus jeunes devraient se sentir concernés puisque pour André Roy, « l’important à retenir de la pièce c’est qu’il faut trouver quelqu’un à qui en parler du vieillissement ». Et le ton n’a pas besoin d’être morne pour autant, comme le démontrent Les Inséparables.

Le directeur général de la FAFA, Yannick Freychet, explique que le projet émane de commentaires que l’organisme avait reçus lors de l’étude qu’il a réalisée auprès des ainés franco-albertains à travers la province, témoignant de leur isolement culturel relatif à la grande ville. Mais aussi, certains artistes amateurs de L’Ensemble des sages, et de la chorale d’ainés, Mélodies d’amour, avaient exprimé le souhait de partir en tournée.

La coordonnatrice est également responsable de la tournée de Mélodies d’amour, plus restreinte, étant donné que la chorale est composée de 45 ainés. Pour Les Inséparables, elle a par contre de grands projets. Son but serait d’amener la pièce au Québec, « toujours avec la fierté que ça a été créé en Alberta », dit-elle.

Elle fait valoir le fait que depuis son retour, elle s’est rendu compte que la culture franco-albertaine évolue énormément, avec son jargon propre qui mérite d’être exporté partout au Canada.

Ceci ne semble d’ailleurs pas impossible étant donné que plusieurs fédérations d’ainés des provinces de l’Ouest ont manifesté leur intérêt d’accueillir la pièce.

La première partie de la tournée se termine le 13 décembre à Calgary avec un arrêt à Bonnyville, Legal, Red Deer et Saint-Paul. Elle reprendra ensuite au mois de mars à Edmonton.

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Aller au haut