Prêts à danser pour les cinq prochaines années

Fort d’un nouveau mandat, lié à sa nouvelle planification stratégique, l’Association la Girandole dresse un bilan positif de sa dernière année.

Une quinzaine de personnes se sont réunies dans les locaux de l’Association, le 27 octobre dernier, afin de participer à l’assemblée générale annuelle de La Girandole.


L’organisme faisant dorénavant terminer son exercice financier au 31 juillet de chaque année, plutôt qu’au 30 avril, l’AGA s’est tenue en octobre, au lieu du mois de juin. « Ce changement, adopté l’an dernier, permet de mieux représenter notre année d’opération », a fait remarquer la présidente Nicole Hébert-Royer.

« Lors des années précédentes, notre fin d’année financière arrivait en plein milieu de la saison artistique. Parfois, le spectacle de fin d’année se déroulait même en mai, ce qui nous compliquait la tâche administrativement », énonce Mme Hébert-Royer.

En optant pour le 31 juillet, La Girandole suit maintenant un cycle qui s’approche du cycle scolaire. « Le mois d’aout marque également le début d’une nouvelle saison pour notre troupe de danse Zéphyr. C’est maintenant beaucoup plus simple », évoque la présidente.

Projet majeur
Les membres présents ont adopté une modification au mandat de l’organisme qui s’arrime parfaitement avec la nouvelle planification stratégique 2013-2018. Ainsi, l’Association la Girandole est dorénavant le chef de file provincial du rayonnement culturel francophone de l’Alberta par l’entremise de la danse.

Ce nouveau mandat se reflètera particulièrement dans la prochaine année. « La Girandole est sensible au développement de la danse en Alberta et plus particulièrement du développement et du bon fonctionnement des troupes en régions, soit Plein Soleil de Saint-Isidore, Les Blés d’or à Saint-Paul et les Vols au Vent de Bonnyville », indique Mme Hébert-Royer dans la présentation du rapport annuel.

À la suite d’une demande d’une des troupes, concernant un appui à la formation de la relève des enseignants et un support artistique pour renouveler le répertoire chorégraphique, une demande de projet a été effectuée. « Nous aurons donc des ateliers en novembre (du 9 au 11) ainsi qu’en février. Cela sera suivi par une tournée en région avec les quatre troupes concernées à partir du printemps
2014 », présente Mme Hébert-Royer.

Zéphyr
La dernière année aura vu trois nouvelles recrues joindre les rangs de la troupe Zéphyr, soit Olivia Leclerc, Bryanne Royer et Alida Soto. « Ces trois jeunes danseuses proviennent de Zéphyr junior et c’est stimulant de voir des jeunes issues de notre école de danse continuer à cheminer avec nous et joindre les rangs de notre troupe de spectacles », déclare Nicole Hébert-Royer.

Lors de la dernière saison, la direction artistique avait été confiée à Casey Edmunds, dont un des objectifs était de présenter une nouvelle production au printemps 2013. « Pour plusieurs raisons, et concours de circonstances, la production n’a pas eu lieu », signale la présidente.

Cela n’est toutefois que partie remise pour 2013-2014 et cette année, Isabelle Laurin effectue un retour à la barre de la troupe de spectacles. « Avec le retour d’Isabelle, plusieurs anciennes danseuses se sont déjà engagées à retourner danser avec Zéphyr. Ce nouveau spectacle poussera les limites de la danse canadienne-française vers des styles plus contemporains », promet Nicole Hébert-Royer.

Plancher à changer
Les habitués des locaux de La Girandole remarqueront un changement d’ici le début de la nouvelle année. En effet, au cours des prochaines semaines, l’Association remplacera les planchers dans son grand local.

« Les planchers actuels ne sont pas adéquats. Ils ne sont pas assez bons pour ce que nous faisons, ce qui fait en sorte que plusieurs danseuses se blessent, surtout au niveau des hanches et des genoux », soutient Mme Hébert-Royer.

Fait à noter, les blessures ne touchent pas aux jeunes de l’école de danse, mais plutôt aux danseuses de Zéphyr qui répètent entre 15 et 20 heures par semaine.

Ce changement, dont le cout est estimé à environ 10 000 $, ne devrait pas trop affecter la situation financière de l’organisme, puisque La Girandole a terminé sa dernière année financière avec un surplus de près de 3800 $, portant son surplus accumulé (incluant ce qui est investi en immobilisations) à quelque 138 000 $.

L’Association entend toutefois demeurer prudente puisqu’elle avait enregistré un déficit de quelque 11 500 $ l’an dernier.

Continuité au CA
Signe que les choses vont bien à La Girandole, le Conseil d’administration (CA) n’a pas subi de grands changements pour l’année qui vient. Nicole Hébert-Royer a été élue par acclamation à la présidence pour un mandat de deux ans. Michelle Hébert en a fait de même pour le poste de secrétaire. Pour leur part, Patricia Gareau-Delisle (vice-présidente) et Colette Rodrigue (trésorière) poursuivent leur mandat.

Le CA est complété par des conseillers qui sont élus pour des mandats d’un an. Diane Slauenwhite et Denise Lauzon-Dempsey ont renouvelé leur mandat. Seule Suzanne Gow est la nouvelle venue au conseil.

Selon la présidente, les succès de La Girandole sont étroitement liés au travail de la directrice Corinne Brethes. « Elle est la personne qui guide, supporte et fait avancer notre association. Elle est le pilier principal. Grâce à elle, la danse est bien vivante et notre famille de folklore continue à innover », témoigne-t-elle.

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Aller au haut