Entr’ARTS 2013 : plus populaire et pertinent que jamais!

Le programme en création artistique, qui est présenté tous les deux ans par le Regroupement artistique francophone de l’Alberta (RAFA), accueille 27 artistes et sept artistes-mentors cette année.

Le Banff Centre se prépare à accueillir un nombre record d’artistes francophones pour la 4e édition d’Entr’ARTS, qui se tiendra, de nouveau cette année à la toute fin du mois d’aout, soit du 27 aout au 2 septembre prochain.

« Ce changement de date, qui a été effectué en 2011, était pour ne pas rentrer en conflit avec le Festival Fringe, par respect pour certains artistes qui se voyaient dans l’impossibilité de participer à Entr’ARTS à cause d’autres engagements », confirme la directrice générale du RAFA, Sylvie Thériault.


Cette dernière se réjouit que ce programme unique en création artistique regroupe 27 artistes francophones, soit un nombre record. « Les domaines des arts visuels et de la musique sont bien représentés, mais nous avons aussi, pour la première fois, une artiste des arts du cirque qui vient à Entr’ARTS. Cela lui permettra d’aller chercher un coaching particulier, soit d’aller puiser dans l’expertise d’un mentor en théâtre », mentionne Sylvie Thériault.

La très grande majorité des participants proviennent de l’Alberta et de la Saskatchewan. « Lors des dernières éditions, nous avions eu une représentation du Manitoba et de la Colombie-Britannique, mais cela n’est pas le cas cette année », souligne la directrice générale du RAFA.

Cependant, Entr’ARTS accueillera quatre artistes et une accompagnatrice du Nouveau-Brunswick. « Lors de la dernière édition, en 2011, ils sont venus en mission exploratoire et avaient manifesté un désir de reproduire quelque chose en Acadie. Ils ont cependant réalisé qu’ils n’avaient pas les infrastructures adéquates à la création (Banff Centre), alors ils ont décidé de collaborer avec nous. Le gouvernement du Nouveau-Brunswick apporte son appui et finance la participation de quatre personnes, en plus d’une accompagnatrice. Cette entente est pour 2013 et la prochaine édition, en 2015 », explique Sylvie Thériault.

Retombées positives
Le RAFA est catégorique : les résultats positifs d’Entr’ARTS sont indéniables.

« De la dernière édition en 2011, notre taux de réussite a été de 100 %. En effet, tous les participants ont soit publié, présenté sur scène, complété un projet, reçu une subvention pour leur projet, etc. », mentionne Mme Thériault.

« Nous prenons les artistes où ils sont rendus avec un projet X et nous tentons de les amener à la prochaine étape. Ce n’est pas au bout de six jours de formation, coaching et séminaires que l’on verra les résultats, cela peut prendre des semaines, des mois et même deux années », indique la directrice générale du RAFA.

Celle-ci donne en exemple la présence en 2011 de la Franco-Albertaine Joëlle Préfontaine. « Elle est venue à la dernière édition pour travailler à l’écriture d’une pièce de théâtre. Celle-ci, Récolte, sera présentée cet automne par L’UnitThéâtre. Parfois, c’est un processus de longue haleine, mais qui finit par avoir des retombées positives », affirme-t-elle.

La Fransaskoise Zoé Fortier, qui en sera à sa deuxième participation à Entr’ARTS cette année, reconnait la valeur ajoutée de ce programme en création artistique.

En 2011, l’artiste en arts visuels avait participé avec l’auteure-compositrice-interprète Alexis Normand. Elles avaient travaillé conjointement sur leur projet Mirador.

Lancée en 2012 et unique en son genre, Mirador est à la fois un album et une collection d’œuvres d’art qui raconte une histoire née d’une expérience commune. Ce lancement a été suivi d’une tournée dans l’Ouest canadien. « J’avais vraiment adoré ma première expérience à Entr’ARTS  et les bénéfices de ce genre de formation étaient nombreux », souligne Zoé Fortier.

Selon l’artiste en arts visuels, cette participation lui avait permis d’aller chercher un autre point de vue et d’apprendre énormément des mentors.

« Dans le monde la création, on vit cela très seul et ce type de formation nous permet de sortir de notre bulle. Cela apporte quelque chose de nouveau, de rafraichissant », affirmecelle qui entend, à la fin du mois, faire de l’exploration et finaliser une exposition qui sera lancée en septembre à l’Université de la Saskatchewan.

Vidéojournaliste à Radio-Canada Alberta, Evelyne Asselin sera elle aussi à une seconde participation. « J’espère aller chercher dans cette nouvelle édition les mêmes éléments que lors de ma première participation. Au quotidien, je fais un travail très technique et Entr’ARTS me permet de toucher à la partie artistique », énonce Mme Asselin.

C’est à titre personnel qu’elle se rendra à Banff à la fin aout. « J’ai étudié en cinéma et lors de ma participation à Entr’ARTS en 2011, cela faisait 10 ans que je n’avais pas développé ce côté-là. Cela m’a permis de reprendre contact avec cela », déclare-t-elle.

Artistes-mentors
Pour cette quatrième édition d’Entr’ARTS, les artistes-mentors n’ont pas uniquement été choisis par les organisateurs. En effet, « pour la première fois, nous sommes allés en appel de soumissions pour les artistes- mentors. Par le passé, c’était surtout selon les besoins identifiés que l’on ciblait les mentors », fait remarquer Sylvie Thériault.

Des 12 soumissions reçues, le RAFA a retenu sept artistes-mentors. Parmi ceux-ci on retrouve deux formateurs qui étaient là lors de la première édition d’Entr’ARTS en 2007, la chorégraphe Frédérique-Annie Robitaille et l’auteur-compositeur-interprète Luc De Larochellière.
- Étienne Alary

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Aller au haut