37e édition du Heritage Festival: « Voir le monde en un seul endroit »

Anglophones, francophones, hispanophones, arabes. Peu importe leur langue, les communautés culturelles d’Edmonton ont accueilli les quelque 360 000 visiteurs qui ont envahi le parc Hawrelak pour participer au Heritage Festival avec le sourire aux lèvres, du 4 au 6 aout dernier.

 

 

 

Selon les données préliminaires, et grâce à l’appui de Dame nature, les organisateurs estiment à plus de 360 000 le nombre de personnes qui ont participé à l’évènement. La première journée du festival, le samedi, a donné le ton alors qu’environ 112 000 personnes, soit 6000 de plus que l’édition 2011, se sont présentées au parc Hawrelak pour découvrir les quelque 85 cultures réparties en 62 pavillons.

Pour le dimanche et le lundi, les données préliminaires font état de 124 000 et 126 000 personnes qui ont participé à cette célébration culturelle, ce qui a permis de dépasser largement les 340 000 visiteurs qui s’étaient présentés l’an dernier.

L’affluence variait toutefois d’un pavillon à l’autre. Ainsi, c’est la journée du dimanche qui aura le plus attiré de visiteurs au pavillon du Congo, selon l’un des responsables du pavillon, Patrick Kamunga-Malu. « Nous avons accueilli pas mal de monde durant la fin de semaine, mais la journée du dimanche a été particulièrement occupée, dit-il. Les gens vont et viennent. Ils veulent surtout gouter à notre nourriture. »

À travers les kiosques, certaines communautés avaient aménagé des scènes pour y donner des spectacles de danse et de musique. « La danse attire les curieux, c’est pour cette raison qu’il faut apprendre à se partager la foule entre les communautés. C’est chacun son tour », explique M. Kamunga-Malu.

Une occasion comme celle-ci est une véritable vitrine sur le monde pour les communautés immigrantes. « C’est l’occasion où jamais de montrer sa culture et de créer des liens avec d’autres communautés », souligne-t-il en précisant que la Société France-Edmonton lui a prêté du matériel.


Épuisement des stocks
Même si l’organisation a dû composer, lors de la première journée des festivités, avec un accès au site fermé par les forces de l’ordre avant l’heure de la fermeture officielle, à la suite d’une veille d’orage violent, avec possibilité de grêle, émise par Environnement Canada, l’un des membres du conseil d’administration de l’Heritage Festival, Robert Opara, semblait heureux du dénouement.

« Nous battrons véritablement un record de participation, cette année », exprimait M. Opara, quelques heures avant la fin des activités.

D’ailleurs, cette affluence record a donné du fil à retordre aux organisateurs, puisque les trois millions de coupons à acheter en échange de nourriture qui avaient été imprimés pour l’édition 2012 ont tous trouvé preneurs avant la fin de l’évènement.

« Nous avons été obligés de prendre quelque 30 000 billets qui nous restaient de l’an dernier. De plus, vers la fin de la journée, nous acceptions que les gens paient en argent comptant directement », de mentionner le directeur gé-néral de l’Heritage Festival, Jack Little.


Pour la députée fédérale néo-démocrate d’Edmonton-Strathcona, Linda Duncan, « la meilleure manière de s’impliquer dans sa communauté et d’apprendre à mieux la connaitre est de se rendre utile et de s’entraider les uns, les autres », estime-t-elle.

« Si vous êtes ici aujourd’hui, c’est que vous vous intéressez aux différentes communautés culturelles, celles qui contri-buent à la diversité de cette province », lance Mme Duncan.

Pour sa part, la présidente de l’Heritage Festival, Sue Ooraikul Thomas, soutient que «  nous vivons les uns avec les autres sans trop vouloir apprendre à nous connaitre. Le but du festival est de partager sa culture et de démontrer une ouverture d’esprit ».
« Notre pays est basé sur le multiculturalisme, poursuit-elle. Une activité comme celle-ci aide à apprendre sur les différentes communautés qui forment notre culture canadienne. »
 

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Aller au haut