Chaine Accents: Les maisons de production francophone pourraient prospérer

En plus d’être une chaine de télévision destinée aux francophones des communautés en situation minoritaire, Accents, dans la mesure où le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) y donne son aval au terme des audiences publiques de l’automne, prévoit devenir un acteur économique important pour les maisons de production.

 


D’ici la mise en onde d’Accents qui pourrait avoir lieu en septembre 2013, si tout va comme prévu pour franchir les différentes étapes de l’obtention de licence, une certaine adaptation sera nécessaire de la part de l’industrie des producteurs télévisuels.

Il est envisagé qu’entre 15 et 17 millions $ seraient investis dans la production et que cette somme pourrait être accompagnée d’autres formes de financement. « On peut facilement générer un volume de production de peut-être 25 millions $. C’est énorme, on n’a pas ce volume dans la production francophone hors Québec », précise le directeur général d’Accents, Pierre Touchette.

« Les maisons de productions devront produire 10 fois plus de matériel que ce qu’elles produisent maintenant. Il va falloir trouver rapidement les infrastructures et le personnel pour pouvoir faire ça. Ce sera ça le défi », mentionne Pierre Touchette.

Pour répondre à la demande que pourrait entrainer cette nouvelle chaine, actuellement, il manquerait quelques maisons de production. Toutefois la situation n’inquiète pas M. Touchette. Ce dernier estime que ce qu’il faudra principalement développer est le personnel qualifié qui travaille dans ces maisons.

Celui-ci compte entre autres inciter les étudiants qui terminent leurs études dans le domaine de la production à se diriger dans des maisons de production francophones établies à l’extérieur du Québec.

« Quand ils vont sortir de l’école, on va leur faire voir les possibilités dans d’autres régions du Canada et il y a bien des jeunes qui vont être contents de pouvoir rester dans leur province ou leur patelin », souligne M. Touchette.

L’industrie de la production indépendante perçoit ce nouveau joueur comme une occasion de croitre. « Pour eux, c’est une possibilité de pouvoir développer d’autres expertises et de voir augmenter leur volume de production. »

Les différentes associations des artistes francophones du pays ont d’ailleurs fait parvenir des lettres d’appui afin d’épauler la chaine Accents dans ses démarches.

Si ce dernier affirme que les discussions avec les intervenants sont déjà entamées afin de mettre sur pied les infrastructures nécessaires, il n’exclut pas que le contenu journalistique et technique soient développés sur une base de réseau.

« Sur une base annuelle, on va viser une grille de diffusion originale de deux pour un, soit deux diffusions originales pour une reprise », affirme Serge Touchette.

D’ailleurs, Accents s’engage à ce que 75 % de ce qui sera mis en ondes soit des productions originales canadiennes.
 

 

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Aller au haut