Regard sur l’éventail canadien

L’UniThéâtre présente Exils, de Robert Bellefeuille et Philippe Soldevilla du 10 au 13 mai, dans une mise en scène de Bernard Salva.

Le texte dynamique qui alterne entre burlesque et gravité, relate l’histoire de deux jumelles biologiques qui, ne connaissant pas l’existence l’une de l’autre, partent à la quête de leurs origines et de leurs parents biologiques. Cette aventure les mènera à découvrir leurs identités propres à travers les différentes communautés francophones qui peuplent l’Amérique du Nord. « L’histoire est un puzzle qui, heureusement, se résout à la fin », avance le metteur en scène.


Plusieurs défis attendaient le M. Salva lors de la mise en scène d’Exils. Notamment les nombreux lieux qui composent l’histoire. « On passe d’un train à un bureau à un cimetière. On change beaucoup de lieux et d’espace, il y a quelque chose de ludique dans l’écriture », laisse-t-il entendre.

Il ajoute avoir aussi été intéressé par le côté explosif de l’écriture. « La parole n’est pas toujours gentille envers la francophonie, particulièrement avec le personnage de Dave, et je crois que cela va interpeler le spectateur. On rit, mais on rit jaune », avance M. Salva qui souligne par le fait même la présence de la culture amérindienne qui est imbriquée dans la pièce.

Production communautaire
C’est l’aspect communautaire qui a poussé le professeur d’art dramatique au Campus Saint-Jean à accepter la commande de L’UniThéâtre. Cela lui permettait de nouvelles rencontres. « Ma philosophie de départ, et je suis content d’avoir pu y tenir, était de ne pas passer d’auditions. J’ai gardé tout le monde », avance M. Salva.

En tout, 14 acteurs jouent dans la pièce. L’idée était de permettre aux gens qui avaient envie de faire du théâtre d’avoir l’opportunité de la faire. Quelques-uns sont des débutants, « ça a donné lieu à des occasions marrantes. Par exemple cet homme qui est passé par La Cité un soir sans savoir ce que c’était. Il nous a demandé ce que l’on faisait. Je lui ai dit : du théâtre, ça t’intéresse? Et hop, il fait partie de la pièce », raconte Bernard Salva.

Alors que Marie-Ève Dumoulong, qui interprète, Nancy, une des deux jumelles, affirme poursuivre sa passion. Elle a d’ailleurs étudié quatre ans en théâtre, mais aurait plutôt opté pour le vidéoreportage à l’Office national du film.

« C’est une expérience enrichissante et j’apprends beaucoup. J’aime me faire diriger par Bernard Salva parce que j’apprends plein de trucs et Exils est une bonne préparation pour mes projets futurs », témoigne la jeune femme.

En effet, Mme Dumoulong fait la promotion de la culture canadienne-française à travers les différents projets médias qu’elle réalise. La pièce l’interpelle énormément. « C’est mon karma, tout tourne autour de la francophonie au Canada », lance-t-elle à la blague.

D’autant plus que le personnage qu’elle incarne est animatrice à Radio-Canada. Elle passera, d’ailleurs, tous les personnages en entrevue, et c’est ainsi qu’elle se découvre et décidera de partir à la recherche de ses racines.

Si elle a l’habitude de la scène et ne sent pas trop nerveuse, Marie-Ève Dumoulong conçoit que chaque personne tente d’atteindre différents objectifs de par cette expérience. « Je suis là pour apprendre et je prends cela très au sérieux. Certains en sont à leur première expérience. Nous sommes tous à différents niveaux, mais nous avons une belle chimie et cela rend la chose très amicale », exprime-t-elle.

Ce que reconnait Bernard Salva qui, sans dénigrer l’importance du théâtre professionnel, dit apprécié le théâtre amateur. « Le théâtre amateur a cette anarchie, cette folie et ce plaisir désintéressé qui peut parfois se perdre dans le théâtre professionnel où l’on recherche à rentabiliser et être efficace », explique le metteur en scène.

Bien qu’il doive suivre de près ses acteurs, M. Salva retrouve cette belle fragilité qui permet de faire vivre au spectateur des choses belles et intenses. « En terme de sensibilité, tout le monde y est à fond et c’est dans l’intérêt de la pièce », conclut Bernard Salva.
 

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Aller au haut