Drawing Homes : une histoire canadienne portée au grand écran

Corey Loranger dans son personnage de Whiffen, lors du tournage de Drawing Homes dans les Rocheuses canadiennes. (Crédit photo : Chris Siddal)L’acteur franco-albertain d’Edmonton, Corey Loranger, fait partie de la distribution. Il était à Banff l’automne dernier pour le tournage.

 

La vie de Peter et Catharine Whyte, un couple de peintres influents établis dans les Rocheuses canadiennes durant les années 1930, est racontée à travers une production cinématographique d’envergure.

 

« Je me sens choyé de pouvoir raconter cette histoire qui est assez importante dans l’histoire du pays. C’est un bijou canadien et c’est une belle occasion de la partager à travers le monde », affirme le jeune acteur.

 

 

Catharine Robb (de son nom de jeune fille) est originaire de Boston. Elle fréquente le richissime John D. Rockefeller III lorsqu’elle entame des études à School of the Museum of Fine Arts, à Boston. Sa vie change à la rencontre d’un jeune peintre canadien prometteur, Peter Whyte. Malgré la rigide et traditionnelle société de l’époque, ils se marient et élisent domicile à Banff, où ils y vivront de leur art.

 

Corey Loranger incarne Whiffen, un bon ami du couple de peintres qu’ils ont rencontré à Boston. Whiffen est un personnage qui aura lancé quelques défis au comédien. « C’est un rôle intéressant à jouer parce qu’il s’agit d’une personne qui a déjà existé, mais dont on ne connait pas beaucoup de choses. Nous avons seulement une idée générale. C’est quelqu’un qui aime s’amuser, rire et qui fait souvent des blagues avec ses amis. Ça ressemble à ma personnalité », lance le jeune homme en riant.

 

Celui qui en est à une deuxième production après son premier film, The Pharmacist, pourra également se vanter de savoir maitriser l’accent de Boston des années 1920.

 

Ce dernier a passé les mois d’octobre et novembre en tournage dans les Rocheuses canadiennes. Un deuxième tournage est prévu en mai prochain. « C’est une vraie histoire qui raconte la vie de gens qui ont vécu donc il nous faut les quatre saisons », de dire Corey Loranger.

 

La sortie en salle est prévue pour 2013 et les producteurs songent à présenter l’œuvre à plusieurs festivals de films à l’international. Il sera sous-titré en plusieurs langues, dont le français.

 

Une histoire inspirante

 

C’est en visitant le musée légué par le couple dans le village de Banff lors d’un voyage touristique que la productrice, Margarethe Baillou, décide de cinématographier leur vie, il y a déjà sept ans de cela.

 

« C’est spécial de rencontrer des gens de partout dans le monde impliqués dans ce projet, parce que ce ne sont pas nécessairement des Canadiens qui s’intéressent à cette histoire », précise Corey Loranger. Il s’agit, en effet, d’une production américaine et le réalisateur et coauteur, Markus Rupprecht, est d’origine allemande.

 

Pour le Franco-Albertain, ce film lui aura permis la découverte d’une toute nouvelle communauté de production cinématographique en Alberta. L’équipe de production a embauché des acteurs canadiens plutôt que de faire venir des acteurs des États-Unis. « C’est plus simple pour eux avec toute la paperasse que cela implique, mais ça faisait aussi partie de la mission du film d’engager des acteurs locaux. Alors, mon agente m’a contacté et j’ai passé en audition », affirme le seul comédien d’Edmonton.

 

Il avoue avoir été impressionné par l’ampleur du projet, dont le tournage s’est déroulé sans embuches jusqu’à maintenant.

 

Connaitre son histoire

 

Corey Loranger admet avoir beaucoup appris sur la vie de Peter et Catharine Whyte durant ce tournage. « Je ne sais pas combien de fois j’ai dû passer à côté du Whyte Museum dans le village de Banff sans m’en rendre compte. J’ai réalisé que partout où on va, les noms de rue ou d’édifice veulent dire quelque chose et ça vient de quelque part. Qu’il y a une histoire à raconter derrière ces noms », déclare-t-il.

 

Le jeune homme dit se retrouver à travers les Whyte dans la façon qu’ils étaient et qu’ils avaient de vivre leur vie. « Si j’avais à construire une maison, ce serait un chalet tout simple sur le sommet d’une montagne, comme eux, et avec un foyer », conclut l’acteur de Drawing Homes.

 

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Aller au haut