Imprimer cette page

Médiathèque de Lethbridge : Dernière chance de sauvetage !

Le 23 mai dernier, une campagne de financement participatif en faveur de la Médiathèque de Lethbridge a été mise en ligne sur la plateforme GoFundMe. Un mois plus tard, seulement 225 $ ont été promis pour l’organisme dont la survie est en jeu.

mediatheque

L’objectif de la campagne est de lever 30 000 dollars. Ces donations permettront d’assurer la survie de l’organisme à but non lucratif pour les deux années à venir. Un casino fera ensuite le relais.

Sans cet argent, la médiathèque devra fermer ses portes. « Si nous n’arrivons pas à diversifier nos sources de revenus dans les mois qui viennent, nous serons dans l’obligation de fermer fin 2018 », prévient Marilou Dupray, une jeune employée par l’ACFA de Lethbridge pour coordonner les activités de l’espace culturel et littéraire.

Mediatheque de LethbridgeSauver la médiathèque

« La Médiathèque est un produit unique qui sert les lecteurs en français à la Cité des Prairies et dans six bibliothèques municipales avec ses collections », rappelle François Eudes, ancien président de l’association. Pour lui, non seulement la médiathèque aide les enfants dans leur développement, l'apprentissage et la maîtrise du français dans la communauté, mais elle sert aussi les revendications en matière de services en français. « Lorsque nous utilisons les services en français, comme ceux de la Médiathèque, nous démontrons à tous, les trois paliers de gouvernement, le besoin du service en français dans nos communautés », complète-t-il.

Au vu des dons actuels, la réaction de la communauté se fait encore attendre. De quoi faire douter sur la pérennité de tout un modèle : « J'ignore si nous nous investissons suffisamment pour créer l'espace de vie pour nous, nos enfants, nos familles, comme d'autres groupes de la population canadienne s'investissent dans leur communauté culturelle », s’interroge François Eudes.

Un besoin de culture en français

Pour le président sortant, il est capital de sauver l’établissement pour le bien commun. « La communauté, francophone et francophile, devrait se mobiliser pour conserver tous ses acquis, programmes et activités, et continuer à rechercher une diversification de l'offre de services et d’activités en français, indique-t-il. Nous avons fait l'expérience d'arrêt d'activités ou de programmes par le passé, et il devient essentiellement impossible de reconstruire ce qui a été perdu », évoquant ici le Festival du cinéma de Fort McLeod. 

« Lisez un livre pour vous, lisez beaucoup de livres à vos enfants » : voilà le meilleur des investissements pour le fait français d’après François Eudes.

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Éléments similaires (par tag)