Imprimer cette page

La musique au service de la francophonie

La Société de musique contemporaine du Québec (SMCQ) a permis à 110 élèves de l’école Sainte-Jeanne-d’Arc de composer une petite pièce de musique en s’inspirant de l’œuvre du compositeur canadien José Evangelista. Le projet valorise la francophonie pancanadienne et l'intégration des enfants d'ici et d'ailleurs en apprenant à s'écouter.

Sainte Jeanne dArc

« La musique fait bon vivre, la musique fait vivre ensemble », s’exclame la professeure de musique Nicole Letourneau, de l'école Sainte-Jeanne-d'Arc. « Parce qu’on est forcé de s’écouter, il faut s’entendre pour bien faire de la musique », résume t-elle. 

Cette année, la ville d'Edmonton figure sur la liste des quatre villes canadiennes jumelées à un compositeur du Canada. « La musique, c’est l’art de combiner le son et le temps » : cette phrase du compositeur José Evangelista, l'un des artistes canadiens choisis par la SMCQ, a permis aux élèves de se familiariser tout d'abord avec son oeuvre, et notamment avec le gamelan balinais, un orchestre traditionnel d’origine indonésienne. Puis, ils ont pu composer une petite pièce de musique basée sur cet art musical ancestral. 

Sainte Jeanne darc 2Le gamelan, un art unique

« Le gamelan balinais, c’est un orchestre en grande majorité composé de percussions d’Asie du Sud-Est. Il y en a dans différents pays, de différentes sortes, en Thaïlande, et en particulier en Indonésie…ou à Bali avec son esthétique particulière », explique Gabriel Evangelista, venu pour présenter le travail de son père, retenu exceptionnellement. 
La musique est universelle et c'est un peu sous le concept de musique du monde que ce projet pédagogique dans un milieu minoritaire francophone prend tout son sens. « Notre francophonie a changé, elle s’enrichit de plusieurs cultures, de plusieurs nationalités ... de partout dans le monde », observe l'enseignante de la maternelle à la 6e année, Mme Letourneau. Tous les enfants se sont donc adonnés avec intérêt à cet exercice. 

« C'est quelque chose de fort pour nous. C'est développer l'oreille, vu qu'on a des élèves qui viennent de partout, d'autres écoles, d'autres parties du Canada, d'autres pays. La scolarisation est autant variée que la culture, donc on s'intègre en s'écoutant », relève la professeure de musique. 

Si le dicton dit que la musique adoucit les mœurs, pour Gabriel Evangelista, compositeur, directeur musical et interprète, « la musique, c’est fait pour se sentir bien, lâcher l’énergie et en même temps construire ».

De London en passant par Moncton, Edmonton et Montréal, le projet Chantons nos compositeurs d’est en ouest vise à valoriser la culture francophone en milieu minoritaire. L’initiative a rassemblé au total près de 360 enfants. Pour plus d'informations sur la nouvelle plateforme de la SMCQ dédiée à l'éducation: https://smcqeducation.ca/

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Éléments similaires (par tag)