Carnaval de Saint-Isidore: Une tradition familiale

Le 36e Carnaval de Saint Isidore s’est déroulé à Rivière-la-Paix du 16 au 18 février. Cette année, le comité organisateur a choisi pour thématique les « Pirates du Nord ».  Chaque année le festival est le rendez-vous incontournable des francophones de la région. Sylvette Doucet Fillion a remporté un passe cette année par l’entremise du journal Le Franco. Originaire d’un petit village acadien au nord de  Chéticamp, en Nouvelle-Écosse, elle est venue enseigner en Alberta il y a de cela 20 ans. Dès son arrivée, elle n’a cessé de côtoyer le carnaval. Elle raconte son expérience au Franco.

Carnaval Saint Isidore

Le Franco : Comment avez-vous  fait vos débuts d’enseignante dans la région?

Sylvette Doucet Fillion : J’ai enseigné pendant 3 ans avec High Prairie School Division dans la région de Falher. Depuis 2000-2001, je travaille dans la région de Saint-Isidore au Conseil scolaire du Nord Ouest.  

LF : En tant que grande habituée du Carnaval, comment l’avez-vous trouvé cette année ?

SDC : Je l’ai trouvé très, très bien avec un beau thème. Il y avait beaucoup d’activités, surtout pour les jeunes. La soirée d’ouverture était excellente avec de bons comédiens. C’était fantastique et la nourriture était très, très bonne.

LF : Voyez-vous une évolution ou des changements d’année en année ?

SDC : Il n’est pas question d’évolution, je pense que le carnaval c’est amélioré. Il a toujours été bon. Puis il demeure toujours aussi bon d’une année à l’autre.

LF : Cette année, vous avez fait du bénévolat?

SDC : Oui, chaque année j’essaye de faire du bénévolat. Cette année, avec mon époux on a travaillé au Gazibar pour vendre des billets pour la boisson, le vendredi soir, c’était au moment de l’ACFA régionale de Rivière-la-Paix. Et le samedi, j’ai passé une partie de l’après-midi dans le kiosque de poutine plus, à faire des poutines et des pattes de lynx.

LF : Que représente pour vous le Carnaval de Saint-Isidore?

SDC : Naturellement je trouve cela drôle, mais ça a été notre première sortie en amoureux mon époux et moi. Sa première demande de sortie a été de m’inviter au Carnaval de Saint-Isidore quand je suis arrivée. C’est de là que le tout a commencé, et nous en sommes rendus à 18 ans de mariage.

LF : Que représente le Carnaval pour votre famille ? (Mme Sylvette Doucet Fillion a un fils de 11 ans et une fille de 14 ans)

SDC : Pour eux le Carnaval, fait partie de leur francophonie et de leur identité. Chaque année, c’est à ne pas manquer. Naturellement, ils vont y aller avec l’école le jeudi jusqu’à la 6e année. Et puis cette année, mon fils quitte. C’est sa dernière année de participation avec l’école. Il sent ce vide-là. Mais il sait qu’on peut toujours y aller la fin de semaine. Ça existe depuis leur naissance.

LF : C’est vraiment une histoire de famille?

SDC : Oui, mon époux est vraiment franco-albertain. Les racines sont là. Une famille franco-albertaine sur plusieurs générations. De mon côté, c’est l’Acadie. L’été les festivals, il y en a beaucoup. On tente de donner les deux à nos enfants.

LF : Dans le cadre du Carnaval, existe-t-il beaucoup de familles comme la vôtre ?

SDC : Absolument, toutes les familles de la région de Saint-Isidore sont là. Elles participent davantage, car elles sont sur place pour le préparer, l’organiser. On m’a dit que cette année, près de 100 bénévoles étaient là, que ça soit pour faire les décors ou organiser les activités extérieures. C’est formidable!

L’année prochaine, Sylvette Doucet Fillion et sa famille seront comme à chaque année au rendez-vous. Le Carnaval rassemble des personnes venues de partout dans la province. Le Carnaval de Saint-Isidore est plus qu’un évènement culturel, il est devenu au fil du temps un rituel familial des familles francophones en Alberta.

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Aller au haut