Imprimer cette page

Safia Nolin et les talents autochtones en spectacle à Edmonton

Après avoir été sacrée Révélation de l’année en 2016 et interprète de l’année par l’ADISQ en 2017, Safia Nolin est désormais un nom bien connu des mélomanes québécois. Présentée à guichet fermé au Starlite Room, l’artiste folk s’est arrêté à Edmonton samedi dernier avec le New Constellations Tour, un collectif artistique promouvant les divers talents autochtones canadiens musicaux et littéraires.

Parmi ces talents, on note la présence de Jeremy Dutcher, ténor et compositeur originaire de Toronto, Mob Bounce, duo hip-hop vancouvérois ainsi que Leanne Betamosake Simpson. Elisapie, chanteuse innue originaire de Salluit au Québec, fut également de la soirée. « Nous voulions organiser une série de spectacles avec des talents autochtones de partout au Canada », mentionne Jarrett Martineau, cofondateur de la maison de production Revolution per minutes.

Bien que certains artistes ne soient pas d’origine autochtone, chacun d’entre eux a insisté sur les problématiques actuelles que connaissent les premières Nations partout au Canada. « Quand on m’a parlé du projet, j’ai tout de suite embarqué. C’est le genre de projet qui me touche et qui me donne envie de contribuer », ajoute pour sa part, Safia Nolin.

24251345 10156066386510536 1535918856 oDes artistes locaux éloquents

Originaire d’Edmonton, Peter Dreimanis du groupe de rock alternatif July Talk accompagné par Leah Fay fut le clou de la soirée. Le groupe anglophone enchaîna les succès et prononça quelques mots en faveur d’une meilleure inclusion des premières nations au sein de la société actuelle.

Du côté littéraire, les poètes Courtney Morin et Marilyn Dumont, toutes deux d’origine autochtone, ont su rappeler les affronts commis envers les premières nations albertaines. « Le Walterdale bridge d’Edmonton est construit sur le site d’un ancien cimetière autochtone. Des corps gisent d’ailleurs sous l’usine Epcor, près du pont », rappelle Mme Morin.

Quant à Marilyn Dumont, cette dernière tenait à remémorer l’héritage de Frank Oliver, raciste notoire dont plusieurs monuments portent toujours son nom dans la ville d’Edmonton. « Il fit campagne pour retirer les droits des francophones à parler leur langue ainsi que les droits des autochtones à une bonne éducation. Une perte d’argent inutile selon lui » ajoute Mme Dumont.

 

Une artiste québécoise sensibilisée

Du côté de Safia Nolin, cette dernière s’est dite extrêmement sensibilisée à la suite de cette tournée. « Mon père est originaire du Maghreb et j’ai l’impression d’être davantage acceptée au Canada que bien des peuples des premières nations qui étaient  ici bien avant moi » , mentionne-t-elle. « Cela te fait prendre conscience des difficultés que connaissent beaucoup trop de peuples autochtones au pays », conclut l’artiste de 24 ans.

La tournée New Constellations se poursuit actuellement dans l’est du pays. Les artistes s’arrêteront à Halifax le 6 décembre et à Montréal le 8 décembre.

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Éléments similaires (par tag)