La fin d’une trilogie, mais pas d’une aventure

C’est en soirée du 21 septembre que près d’une soixantaine de personnes s’est jointe à l’auteure franco-albertaine Stéphanie Bourgault-Dallaire pour célébrer la sortie de son tout nouveau roman, Abigaëlle et la retraite amoureuse. Une célébration qui a eu lieu au Juniper Café Bistro d’Edmonton et qui était des plus spéciales pour l’auteure puisqu’elle marquait la fin de sa trilogie.  

C’est au printemps 2016 que l’auteur Stéphanie Bourgault-Dallaire a déposé pour une dernière fois sa plume dans le cadre de sa série Abigaëlle.

 


Il s’agissait pour elle d’une fin assez naturelle : « Je trouve que j’avais fait le tour des sujets et des thèmes que je voulais aborder… Je préférais garder la recette délicieuse comme telle sans essayer d’ajouter des choses qui auraient pu diluer ou ternir l’ensemble de l’œuvre ».

 

Lauteure et un lecteur Luc Dostie Creditphoto Luc DostieAu terme de cette aventure, elle se remémore l’écriture de son premier manuscrit, où elle pensait raconter une histoire de chum de filles et de rencontres amoureuses. À sa grande surprise, le thème de la famille a surplombé le tout.    

 

« C’est venu un peu comme un fil conducteur que je n’avais pas vu venir dans les trois tomes puis qui m’a fait réaliser à quel point j’avais mis de mes valeurs personnelles dans mes livres », souligne-t-elle.

 

Mme Bourgault-Dallaire soutient que son parcours en tant qu’auteure va se poursuivre au-delà de cette série. Les lecteurs devront cependant s’attendre à une période de repos bien mérité.

 

Une sortie qui s’est fait attendre

Abigaëlle et la retraite amoureuse a officiellement fait son entrée dans les librairies le 6 septembre dernier, presque deux ans après le deuxième tome qui, rappelons-le, était paru quelques mois après le premier tome.

 

Un temps d’attente plus long qui se traduit par la conciliation des multiples chapeaux de l’auteure. En effet, Stéphanie Bourgault-Dallaire est à la fois auteure, mère de deux jeunes enfants et enseignante à temps plein dans une école primaire.  

 

« Il y a des auteurs qui vont se lever à 5h00 le matin pour écrire. Moi, j’aime mieux savoir que j’ai des journées et du temps devant moi, parce que pour se replonger dans le même ton et univers, et puis que ça soit bien cousu, je préfère m’y plonger de façon intensive », explique-t-elle.

 

C’est grâce à une bourse en création littéraire, décernée par Alberta Foundation for the Arts, que Mme Bourgault-Dallaire a pu prendre un congé de l’enseignement au printemps 2016 afin de se consacrer à temps plein à l’écriture de son troisième tome.

 

L’aventure se poursuit

 

Pour les lecteurs attristés par la fin des aventures d’Abigaëlle, ne soyez sans crainte. Au cours des deux dernières années, Stéphanie Bourgault-Dallaire a collaboré avec Far West Productions sur un projet d’adaptation en une série web de son premier roman, Abigaëlle et le date coaching.

 

« Je ne me sens pas nécessairement comme s’il y a une fin puisque déjà assez rapidement [l’aventure d’Abigaëlle] a une nouvelle vie avec la série web », souligne l’auteure.   

 

Vous pourrez donc poursuivre l’aventure  sur votre écran en vous rendant au www.tv5.ca dès le 12 octobre prochain.

 

Stéphanie Bourgault-Dallaire sera de passage au Salon du livre de Montréal au mois de novembre.  

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Aller au haut