Imprimer cette page

Découverte de l’Ouest canadien, le grand voyage en canot de 2017

Après des mois de discussions et de nombreux jours de préparation, la date du 2 juillet sera désormais à marquer d’une pierre blanche. Cette date représente non seulement notre départ, mais aussi le début de notre périple en direction de Métis Crossing sur les eaux de la rivière Saskatchewan. Notre équipage était des plus hétéroclites, allant de 7 à 77 ans, chaque participant possédait une expérience et une endurance différente. Ce qui ne nous a pas empêchés d’atteindre notre objectif : Fort George. Cette destination finale s’est faite sur une distance de 152 km. Une belle façon de marquer le coup, pour le 150e anniversaire de la Constitution du Canada. Voici notre récit !

Nous avions dans l’idée de revivre un peu l’expérience des voyageurs et des explorateurs qui nous avaient ouvert la voie de notre coin du Canada. Nous connaissons bien les noms de Anthony Henday, Peter Fiddler, Henry Kelsey, James Finlay, David Thompson qui ont laissé des récits de leurs aventures, mais il y en a eu tant d’autres qui ont traversé en pagaie la rivière sans laisser de traces écrites. C’est pourquoi nous écrivons à présent la nôtre.

1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les expériences vécues par les membres du clan Champagne, durant ce court voyage resteront longtemps gravées dans notre mémoire. Il y a eu les chants, les repas, les bains de boue, les campements, les sièges de canots parfois inconfortables, la découverte de nouveaux muscles, mais surtout la fraternité entre les membres et la bonne humeur.

2

Les membres de l’équipage et de l’équipe de soutien pour ce premier stage était composé

de : René, Marie-Claire, Nadine, Marc K., Joëlle, Renée, Ellen, Jean, Colette, Bruce, Anik, Phillip, Patrick, Marc C., Roméo, Isidore, Yvan, Julie, Isabelle, Maxime, et Félix.

 

Au départ nous avions 5 canots, Le Beaugrand, qui mesure 22 pieds et peut accueillir 8 voyageurs, ainsi que 4 petits canots. Nous avons parcouru 7 km pour se rendre à Victoria Settlement, un site historique, mission établie par le Révérend George McDougall en 1862. Deux ans plus tard, la Baie d’Hudson construit un fort sur ce lieu de traverse, avant qu’il y ait des ponts. Julie et Marie-Claire ont exploré les lieux avant de se rendre à la rivière. Là nous avons retiré un canot et embarqués deux voyageurs comme il était prévu. Avec le vent dans le dos nous avons continué notre parcours pour un autre 15 km avant de dresser nos tentes sur une petite île. La préparation du menu était excellente, et nous avions très bien mangé; des bines, des smokies et des tartelettes sur le feu de camp. (mountain pie de Marc C.)

 

Ce n’est qu’après le voyage que j’ai découvert que nous étions très près du site de l’ancien Fort Terre Blanche 1810-1813. Un fort conjoint de la Baie d’Hudson et de la Compagnie du Nord-Ouest.

Pour certains campeurs la nuit fut un peu stressante, la berge près des tentes se faisait manger par le courant ce qui entraînait des petits glissements de terrain environ toutes les heures.

3

Le départ du 2e jour fut à 8h 10, car nous avions 60km à faire pour nous rendre à Brosseau- Duvernay. Ce site fondé par le Père Lacombe en 1865 portait alors le nom de St-Paul des Cris. Il fut renommé Brosseau d’après Edmond Brosseau un commerçant qui avait pris la relève du site. (La mission du Père Lacombe avait déménagé à St-Paul des Métis).

L’endroit est demeuré important pour les gens du nord qui allait vendre leurs produits à Vegreville, ou se trouvait à l’époque le chemin de fer le plus près, car on pouvait traverser la rivière à cet endroit. Pour cette deuxième journée nous avons encore eu de la chance, un bon courant et le vent dans le dos. Le soleil aussi était de la partie, mais les nuages de coton ouaté nous ont rendu la vie plus facile. On se souviendra des chansons de Félix, de la voile de Bruce, des encouragements de Renée lors des sprints de courtes durées, et de la joie finalement de voir le pont de Brosseau.

 

L’équipe de soutien est venue à notre rencontre et nous avons célébré la fête d’Anik. Du gâteau, de l’eau fraîche, de la bière pour les grands, du pop, chili, salade, et plus tard dans la veillée, des s’mores sans guimauves.  

 

Comme prévu nous avons eu des ajouts et des départs de voyageurs. Sept voyageurs et un canot devaient partir et être remplacés par 3 voyageurs frais et dispos. Ce fut un très beau site pour camper, il y avait même une toilette. La circulation sur le pont nous a rappelé que les modes de transport aujourd’hui font plus de bruit la nuit.

4

Le départ du 3e jour fut à 9 h10, nous avions 34 km à faire pour nous rendre au pont du chemin 881. Encore une belle journée avec un vent favorable. Après discussion et réflexion la veille, nous avons décidé de raccourcir et terminer le voyage ici, question de ménager les muscles qui travaillent, et s’assurer que les souvenirs seraient meilleurs. En somme une très belle aventure.

 

Le voyage sera complété par une plus petite équipe avant la fin du mois. Nous avons terminé en vue de « Fort Island. » Le fort de l’île a été établi en 1799 par le neveu de Sir Alexandre Mackenzie. Il reste 3 vestiges de ce fort sur l’île.

Le parcours a repris avec René, Marie-Claire, Nadine, Jean, et deux nouveaux membres, Nabil, et Marcel H. Deux canots sont partis du chemin 881 pour se rendre au pont d’Elk Point, un autre 26 km, pour un total à date de 142km. Ce fut une belle sortie d’été, sans vent et avec beaucoup de soleil, même si la rivière était plus lente. (moins de pentes dans cette section de rivière)

 

Pour la dernière partie du voyage nous avons recruté à St Paul, Marcel C de Granby et Arthur C de la Finlande, avec René, Marie-Claire, et Jean. Très belle journée pour être sur la rivière, beau soleil, pas de vent et une rivière avec un bon débit. Un manque d’attention et de jugement de la part de René dans des rapides très navigables ajouta une nouvelle expérience pour Marie-Claire. En un clin d’oeil, nous étions à l’eau. Pas de panique, Marcel et Arthur ont fait un sauvetage classique et nous ont ramenés sur la terre ferme pour ensuite récupérer deux avirons, une corde de sauvetage, une éponge et le chapeau de paille à Marie-Claire. Arrivé au Fort George, la sortie des canots de l’eau et leur remontée au camion fut sans doute la partie le plus pénible du voyage.

Fort George (compagnie Nord-Ouest) et Buckingham House (compagnie Baie d’Hudson) ont été établis l’un à côté de l’autre en 1792 et en activité jusqu’en 1800. Malgré le fait que les deux compagnies étaient en compétition directe, il y avait une certaine coopération entre eux.

Centre d’interprétation Fort George-Buckingham House

Un bain rafraichissant, de la bonne compagnie et un beau voyage de 152 km passera à l’histoire comme projet accomplit par 24 participants.

Capture decran 2017-08-27 a 15.00.14

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La brigade du grand voyage de canot 2017.

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Éléments similaires (par tag)