Polyfonik23 : les trois artistes en émergence retenus sont connus!

Paul Cournoyer, Émilie Duchesne et Jessica Holtby monteront sur les planches du théâtre de La Cité francophone, le 2 juin 2012, à l’occasion de polyfonik23.

C’est ce qu’a annoncé la Société du gala albertain de la chanson (SGAC), le 2 novembre dernier, dans le cadre d’une conférence de presse visant à dévoiler les artistes qui composeront polyfonik23, le nouveau concept du Gala albertain de la chanson, qui en sera à sa troisième édition en 2012.


« Nous avons eu des auditions il y a deux semaines et ces trois artistes ont vraiment épaté les membres du comité », a lancé la directrice artistique et conceptrice du concept polyfonik, Josée Thibeault, au sujet des trois jeunes choisis parmi les six candidatures qui ont obtenu une audition.

Pour deux des trois participants, soit Paul Cournoyer et Émilie Duchesne, faire partie de polyfonik est une suite logique des choses. « Ces deux jeunes ont tout juste l’âge requis pour participer à polyfonik et ils sont passés par le Galala, la Chicane albertaine et le Festival théâtre jeunesse. Voilà pour eux une belle suite des choses », soutient Mme Thibeault, en parlant du cheminement scolaire artistique franco-albertain de ces jeunes.

Ces deux jeunes ont bien hâte de passer la prochaine année à s’investir davantage dans le domaine de la chanson. « Je suis convainue que polyfonik me permettra de découvrir qui je suis comme artiste. J’ai récemment écrit de nouvelles chansons et j’ai très hâte de travailler avec le collectif pour connaitre mes limites », avance Émilie Duchesne.

« En participant à polyfonik, j’aurai la chance de développer mon style de musique tout en ayant la chance d’en explorer d’autres. De plus, comme artistes de la relève, nous aurons l’occasion d’être encadrés et de travailler avec des artistes plus expérimentés. Cela promet d’être intéressant », affirme, quant à lui, Paul Cournoyer.

Le parcours de Jessica Holtby diffère des deux jeunes franco-albertains. Canadienne d’origine jamaïcaine, c’est par hasard que l’étudiante en langues (Baccalauréat ès arts) au Campus Saint-Jean a entendu parler de polyfonik. « Je fais du bénévolat au Manoir Saint-Thomas d’Aquin et la résidente dont je m’occupe, Léa Francovich, a vu l’annonce dans Le Franco et elle m’a dit que ce serait une bonne idée que j’y participe », explique la jeune femme.

Puisque la date limite pour la période de recrutement se terminait 36 heures plus tard, Jessica Holbty a mis les bouchées doubles pour préparer son dossier. Aujourd’hui, elle est bien heureuse d’avoir été choisie. « J’adore le français. Ce sera une belle opportunité de faire de la musique en français et d’apporter ma contribution, par l’entremise de la chanson, à la communauté francophone », lance Jessica Holtby.

Artistes chevronnés
Au cours des prochains mois, les trois artistes en émergence travailleront avec cinq professionnels bien connus du milieu franco-albertain : Roger Dallaire, Ariane Mahrÿke Lemire, Jason Kodie, Josée Thibeault (direction artistique) et Joël Lavoie (direction musicale).

« Pour nous, ce n’est pas trois jeunes artistes et cinq professionnels, mais bien un noyau de huit artistes qui vont travailler pour créer ensemble un spectacle unique en son genre, sans contrainte, comme cela pouvait être le cas par le passé lorsque le Gala était un concours », soutient Josée Thibeault.

Celle-ci promet que polyfonik23 sera très différent des deux éditions précédentes de ce spectacle, grâce à la présence d’artistes multidisciplinaires. « Ariane Mahrÿke Lemire a participé à polyfonik21, mais on voulait la ramener cette année, car elle a du nouveau matériel. Elle vient de lancer un album le 28 octobre », indique la direction artistique de polyfonik23, tout en rappelant qu’Ariane était aussi une femme de théâtre.

Pour ce qui est de Jason Kodie, le « vétéran du groupe », le plus récent récipiendaire du prix CHFA de la chanson française amènera, aux dires de Josée Thibeault, un bagage fort intéressant grâce à sa versatilité, que ce soit comme auteur, compositeur, chanteur, accordéoniste ou pianiste.

Notons que pour sa part, Roger Dallaire amène avec lui un bagage fort intéressant. « Il est connu comme un conteur, mais c’est aussi un chanteur et un comédien. De plus, il joue de plusieurs instruments », souligne Josée Thibeault.

Les huit membres de polyfonik23 se rencontreront une première fois dans les prochaines semaines, afin de tenir l’une des trois retraites de création. « Par la suite, il y aura au printemps un détour. Chaque année, le spectacle à lieu dans une région, avant celui d’Edmonton. En 2012, c’est confirmé, nous serons à Bonnyville », annonce Josée Thibeault, en précisant que la date serait officialisée prochainement.

 

 

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Aller au haut