30e Festival de théâtre Fringe d’Edmonton : un public record pour le théâtre indépendant

Le Festival de théâtre Fringe d’Edmonton est le plus vieux festival Fringe en Amérique du Nord. Du 11 au 21 aout derniers, ayant attiré un nombre sans précédent de 576 000 visiteurs et rassemblé 1387 artistes sur ses 42 scènes, le Fringe d’Edmonton a de nouveau pu affirmer qu’il en était aussi le plus gros.

 

Lancés il y a 50 ans à Edinburgh, en Écosse, les festivals Fringe se veulent un moteur de développement pour le théâtre indépendant, qui pendant l’année peine à trouver des scènes ou du public. Sans distinction et au hasard, tous les artistes y ont accès et, cette année, deux francophones d’Edmonton ont saisi l’occasion.


Le chorégraphe et metteur en scène Vincent Forcier, codirecteur artistique pour la compagnie de théâtre Surreal Soreal, a vu sa pièce Zastrozzi : The Master of Discipline récolter 560 entrées. Paul David Mercier a, quant à lui, pu incarner Louis Riel devant les 302 personnes qui ont assisté à la comédie musicale Hey, Riel!. Les deux pièces ont été présentées en anglais.

« Travailler en français en Alberta, ce n’est pas nécessairement plus difficile, mais c’est différent », affirme d’entrée de jeu Vincent Forcier. Le jeune homme, qui se prépare à participer à Entr’ARTS 2011,
ajoute que le défi existe surtout chez son partenaire, Jon Lachlan Stewart, qui est un anglophone francophile.

« Pour lui, c’est plus difficile. Il veut travailler en français, mais il trouve qu’il manque de pratique, alors il hésite. Pourtant, travailler en français l’aiderait à pratiquer. C’est presque un cercle vicieux! », plaisante le metteur en scène franco-albertain.

Le duo travaille présentement à la traduction de certaines œuvres de Jon Lachlan Stewart. Le portrait Google, par exemple, est déjà sur scène en français en Colombie-Britannique. Ils veulent que Big Shot soit présenté à Montréal aussitôt que la version traduite sera au point.

« Nous voulons être à l’affiche, en français, à Edmonton, termine Vincent Forcier. Nous sommes à l’heure actuelle en négociations avec L’UniThéâtre. C’est simplement difficile de produire seul. En Alberta, le public francophone n’est pas nécessairement plus petit, mais il doit être mieux ciblé. »

Un artiste d’ici reconnu à l’étranger grâce au Fringe
En 1982, Edmonton a été la ville-hôte du premier festival Fringe au Canada qui, au fil des ans, est devenu le pays présentant le plus grand nombre de Fringe par habitant au monde.

Depuis sa fondation, Fringe veut demeurer le théâtre le plus accessible et le plus démocratique possible. Ainsi, chaque pays organisateur se doit de respecter au mieux certaines règles.

Le prix des billets doit être réduit au minimum – à Edmonton, il est en moyenne à 11 $ – et la totalité des profits provenant de la vente des billets doit être versée aux artistes. Ce sont par ailleurs 104 142 billets qui ont été vendus pour les 180 spectacles intérieurs présentés cette année.

Ensuite, l’accessibilité au festival pour toutes productions est assurée par le processus de sélection, qui se fait au hasard, suivant la règle du premier arrivé/premier servi. Finalement, le festival s’engage à n’appliquer aucune censure, assurant la plus grande liberté aux créateurs.

De cette manière, non seulement le Fringe offre une grande vitrine à Edmonton à des acteurs, producteurs, acrobates ou autres artistes, mais il offre la chance à ces créateurs de faire voyager leur production de Fringe en Fringe, d’avoir un emploi à l’année et une œuvre qui demeure vivante.

Ainsi, le 22 aout dernier, un acteur d’Edmonton, Michael Peng, a été nommé candidat, par un panel de journalistes, pour recevoir le prix du meilleur acteur au Festival de théâtre d’Edinburgh, le plus grand Fringe au monde.

La pièce Bashir Lazhar, dans laquelle il y tenait la vedette, était de passage au Festival d’Edmonton en 2009.

BDV : L’acteur principal de la piève Zastrozzi, Jamie Cavanagh.
Photo : courtoisie

 

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Aller au haut