Entr’ARTS 2011 au Banff Center : les portes s’ouvrent aux arts visuels

Pour la première fois en trois éditions, le programme de formation biennal en création artistique Entr’ARTS s’ouvre aux professionnels des arts visuels. Du 25 au 31 aout prochains, ce sont sept d’entre eux qui pourront ainsi profiter des nouvelles installations du Banff Center.

Entr’ARTS, le seul programme de formation artistique professionnel dans l’ouest du pays, accueillera cette année 18 artistes de l’Alberta, de la Saskatchewan et du Manitoba français. L’évènement tenu par le Regroupement artistique francophone de l’Alberta (RAFA) présentera un séminaire multidisciplinaire à deux volets et, pour la première fois, un séminaire en arts visuels.


« Nous avions d’abord une grande demande de la part des artistes, explique la responsable des services en formation du RAFA, Isabelle Quenneville. Nous avons aussi renouvelé notre partenariat avec le Banff Center qui a une toute nouvelle aile pour les arts visuels. Ils ont des studios de céramique, de poterie, de charpenterie, de photo; ils sont très bien équipés et on veut en profiter! »

L’attrait de l’inconnu
Entr’ARTS est donc constitué de séminaires de formation professionnelle dirigés par des sommités du Canada français, des mentors, qui feront évoluer leurs apprentis en les sortant de leur zone de confort et les poussant à dépasser leurs limites.

« Les artistes y vivent des choses déstabilisantes, c’est très intense, insiste Isabelle Quenneville. Le mentor est là pour dire à l’artiste : “Tu sais la manière dont tu fais les choses depuis le début? Ce n’est pas bon,change.” Ça peut être dur sur l’égo. »

Les coups durs semblent toutefois bien absorbés, car plusieurs artistes reviennent d’édition en édition. Certains, comme Alexis Normand de la Saskatchewan, reviennent avec des amis. Depuis plusieurs mois, la chanteuse travaille avec l’artiste visuelle multidisciplinaire Zoé Fortier à la création d’un disque combinant ses œuvres visuelles et la musique de son amie, qui l’inspire.

« Nous travaillions depuis longtemps sur un projet commun et nous étions rendues à une étape où on avait envie et besoin de nouvelles idées, de nouvelles ressources. Alexis m’a convaincue qu’Entr’ARTS était tout indiqué », relate Zoé Fortier, qui viendra de Zénon Park en Saskatchewan pour participer au programme.

« Les artistes arrivent au Entr’ARTS avec leurs projets et leurs envies, mais ils ne savent vraiment pas à quoi s’attendre, précise Isabelle Quenneville. Pendant six jours, ils entrent dans une bulle créative de laquelle rien ne les distrait. Quand ils sortent, ils voient tellement clair, sky is the limit! »

La responsable appuie que « la formation vaille vraiment la peine, par sa durée et par l’isolement que nous procure la localisation du Banff Center. »

Les mentors
Après seulement trois éditions, le RAFA peut maintenant se targuer d’avoir un programme d’excellence reconnu à travers le Canada qui présente, en 2011, une liste étoffée de formateurs.

L’auteur et metteur en scène Philippe Soldevila et le comédien, metteur en scène et professeur Ghyslain Filion seront assistés de la chorégraphe et metteure en scène Geneviève Dorion-Coupal pour couvrir le large terrain du séminaire multidisciplinaire. Le touche-à-tout Herménégilde Chiasson sera quant à lui le mentor du premier séminaire sur les arts visuels.

« C’est plus facile maintenant que nous sommes reconnus », fait constater Isabelle Quenneville. Elle se rappelle qu’il était, au début, difficile de trouver des formateurs et qu’une fois choisis, il fallait leur expliquer ce qu’était Entr’ARTS et ils devaient être convaincus que les artistes renommés qu’ils sont avaient quelque chose à y gagner.

« Cette année, on leur parle d’Entr’ARTS et ils savent c’est quoi, ils en ont entendu parler par des amis qui ont été mentors avant eux et acceptent rapidement et avec enthousiasme », souligne la responsable. Elle assure que l’expérience apporte aussi beaucoup aux mentors, en leur faisant vivre quelque chose de différent et en leur faisant connaitre la réalité des artistes en milieu minoritaire.

Pour l’écrivain, dramaturge et artiste visuel Herménégilde Chiasson, ce sera l’occasion d’échanger sur la pratique artistique plus que de former. « Je ne suis pas un gourou », affirme l’homme, considéré comme l’un des principaux artisans de la modernité acadienne.

« J’ai enseigné toute ma vie, continue-t-il, et j’ai toujours appris autant de mes élèves que ce qu’ils ont pu apprendre de moi. »

Il considère par ailleurs que le site du Banff Center est un des attraits du programme, pour les artistes comme pour les formateurs. « J’y ai passé 10 semaines pour faire de la gravure, c’était le plus beau studio que je n’avais jamais vu de ma vie. »

De précieux liens
Pour sa première expérience d’Entr’ARTS, Zoé Fortier a hâte de rencontrer les artistes albertains, et considère qu’« un des gros atouts que peut nous apporter un programme pancanadien comme Entr’ARTS, ce sont les connexions et les liens qui s’y feront. »

Isabelle Quenneville et Herménégilde Chiasson abondent dans le même sens. « Nous espérons qu’en rassemblant plusieurs disciplines nous verrons se former plus de partenariats et d’associations, à l’exemple des Fransaskoises Alexis et Zoé », formule la première.

« C’est un endroit et des circonstances idéaux pour faire un lien entre la pratique des artistes visuels avec celles des artistes multidisciplinaires, précise le second. Si deux artistes ont un grand potentiel chacun de leur côté, l’union de leurs talents élargit leurs possibilités. »

Photo : http://www.rafa-alberta.ca/formation/entrarts/seminaire2.html
 

 

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Aller au haut