Imprimer cette page

Patrick Watson de retour en Alberta... Avec toute sa voix

PWLe chanteur anglo-québécois et francophile, Patrick Watson, sera sur scène à la Starlite Room d’Edmonton, le 2 octobre, et à la salle de bal MacEwan de l’Université de Calgary, le lendemain, pour présenter des extraits de son plus récent album, Love songs for robots.

 

Les mélomanes qui avaient acheté leurs billets pour assister au spectacle de Patrick Watson, au festival Folk de Calgary cet été ont peut-être été déçus de voir l’évènement annulé, mais ils auront la chance de le voir sur scène cet automne, en pleine forme.

 

 

Les amateurs de sa musique auront surtout droit à ses plus récentes chansons, en octobre, mais il en interprétera aussi d’autres de disques précédents. Qui sait, ils entendront peut-être même quelques mots en français… Patrick Watson est venu à quelques reprises dans l’Ouest canadien et est conscient que la communauté francophone est vibrante en Alberta. « Je ne sais pas encore si je vais adresser quelques mots en français à la foule. Ça dépend toujours de l’endroit où je suis et de comment je me sens », dit-il, en ajoutant que le spectacle est très dynamique et fait vivre des émotions fortes.

 

Patrick Watson et son groupe sont surtout populaires au Québec et en Europe. Il a fait une tournée en France, où il a rempli une salle pouvant accueillir deux mille personnes à Paris.

 

L’artiste a remporté un prix Polaris, en 2007, pour son album Close to Paradise, et depuis, il a lancé trois autres albums, signe qu’il ne chôme pas. « J’écris tous les jours. En fait, je suis toujours en train d’écrire. Pour chaque chanson que j’enregistre, j’élimine peut-être une trentaine de différentes versions. Je veux vraiment m’assurer de ne pas me répéter », explique -t-il.

 

« C’est certain que le fait d’avoir remporté un prix aussi prestigieux [que Polaris] me met un peu de pression. Mais lorsqu’on choisit de faire carrière à l’international, c’est déjà beaucoup de pression. Il faut que les disques les plus récents soient toujours meilleurs que ce qui a précédé. Je pense que, justement, Love songs for robots est le meilleur de mes albums. C’est aussi celui qui a été le mieux reçu du public jusqu’à présent », lance Patrick Watson.

 

Le français au quotidien

Les parents de Patrick Watson sont anglophones, mais il est allé à l’école francophone lorsqu’il était plus jeune. Son garçon ne parle pas encore l’anglais et plusieurs de ses amis sont francophones. Pour lui, la langue française fait donc partie prenante de son quotidien. Il envisage même de produire une chanson en français un jour.

 

« J’ai écrit tellement de chansons en français déjà, mais je ne veux pas lancer quelque chose de médiocre. En français, la langue prend plus de place. Ça prend souvent plus de mots pour exprimer une idée, c’est une autre façon de penser et de composer. D’un point de vue rythmique aussi, c’est une autre affaire. Ça prend donc beaucoup de temps, et ce n’est pas dans mes priorités en ce moment. J’attends que ça vienne de façon naturelle », précise le chanteur.


Ce sera le groupe de musique Blood and glass, aussi de Montréal, qui fera la première partie du spectacle.

Évaluer cet élément
(0 Votes)