La Cité, partie prenante du 34e Fringe Festival


La Cité francophone tient plus que jamais son rôle de pôle culturel dans le cadre du 34e Fringe Festival.  Véritable satellite du quartier francophone, la Cité a vu l’engouement des festivaliers littéralement décoller en l’espace d’une année pour ce que les gens nomment à présent : le Fringe du quartier francophone. Coup de projecteur sur l’un des festivals coup de cœur d’Edmonton !

 

Un diamant dans un écrin ! « Cela fait presque 3 ans que la Cité est reconnue comme satellite officiel » déclare son directeur, Daniel Cournoyer. Au fil du temps, l’un des plus gros festivals a su prendre sa place dans le quartier francophone; et il ne pouvait pas mieux choisir que le quartier de Bonnie Doon en matière de diffusion culturelle.

Pourquoi  ? Tout simplement parce que ce quartier a une histoire, celle d’une francophonie dont l’emplacement constitue à la clé de voute de son rayonnement.


Un peu d’histoire

Il faut remonter dans l’histoire du quartier pour apprécier aujourd’hui, une partie du chemin parcouru. Comme l’explique Daniel Cournoyer, le projet initial de la Cité francophone était supposé être dans le nord de la ville, dans une zone éloignée et industrialisée. Des personnes telles que Jean-Louis Dentinger, Denis Tardif ou bien France Levasseur-Ouimet sont parmi les personnes qui ont eu un impact significatif, en refusant un emplacement géographique jugé défavorable pour la communauté francophone. « Pour être pertinent en tant que centre culturel, il faut qu’on soit dans le pivot central de la ville, puis la proximité avec le Campus Saint-Jean et son histoire faisait tout à fait du sens » explique-t-il alors. 

Aujourd’hui, après le Folk Fest, le Fringe est l’autre gros festival de la ville. Soit 175 pièces qui joueront en rotation du côté de Strathcona. Puis, 28 spectacles en rotation dans les différentes salles de la Cité francophone, du Campus Saint-Jean et de l’école Rutherford. Pour la première fois, le Campus Saint-Jean atteindra sa capacité maximale en faisant salle comble à l’occasion du festival.

Selon Daniel Cournoyer, près de 500 000 personnes sur les 10 jours sont attendues pour l’ensemble de l’évènement. Un potentiel énorme et exponentiel puisque si le taux de fréquentation se situait entre 16 500 et 17 000 en 2014, la Cité anticipe au-delà de 25 000 le taux de fréquentation dans le quartier francophone en 2015.

La tradition Fringe

Tout a vraiment commencé en 1947 à Édimbourg.  The Fringe est un festival de théâtre d’avant-garde, sans jury et sans commission de sélection, permettant à n'importe quel type de performance de participer. Le fonctionnement actuel garde le même concept. Comme l’explique Daniel Cournoyer « chacun des théâtres ici, c’est bring your own venue. » Il faut avoir au préalable été tiré au sort dans le cadre d’une loterie pour pouvoir jouer dans l’un des théâtres du Fringe, « autrement les artistes doivent chercher d’autres lieux, c’est ce qui a créé bring your own venues, on est vraiment sur le Fringe du Fringe … au bord du précipice » explique-t-il.

Les artistes fournissent leurs formulaires d’inscription en février, et en mars ils savent si un théâtre du Fringe Festival leur est attribué.

Ces artistes sont autos-gérés, c’est-à-dire que dans le cas où ils n’auraient pas de salle, ils décident d’en louer une ensemble et de présenter leur spectacle. Le Fringe accepte donc les bring your own venue, le but évidemment remporter le plus possible l’attention du public. 

Le Fringe a toujours gardé cet esprit pionnier et entrepreneurial, où avec peu on réalise des miracles. « La force du Fringe c’est cette énergie frénétique. 90 pourcent sont des créations » explique Daniel Cournoyer. 

Le Fringe est populaire car il représente bien l’un des mandats principaux de l’art en général qui est tout simplement la démocratie. Une démocratie au droit de créer sans être jugé, et le droit aussi de s’exposer à des approches aux sujets diverses et variés.

 

Le festival se tient du 13 au 23 août à Edmonton.

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Aller au haut