Sylvie Pinard : La vie en couleur

Du 20 juin au 11 août, l’artiste Sylvie Pinard donne une rétrospective de 22 de ses œuvres à la galerie PAVA d’Edmonton. Un univers artistique qui fait la part belle à la couleur, en essayant de rendre de manière exhaustive les couleurs de notre environnement et, en apporte aussi à notre vie.

Cette rétrospective est une incitation aux voyages tant physiques que métaphysiques, à savoir le monde des émotions et celui de l’imagination. Géologue de formation, doctorante de l’Université de Montréal, Sylvie Pinard puise son inspiration dans la roche, les paysages, leurs textures, leurs courbes et leurs couleurs. « Je fais des paysages abstraits, la composition dans le tableau est importante ». C’est avec la peinture à l’huile que Sylvie Pinard  s’exprime le mieux : « Avec l’huile, c’est plus facile de travailler les couleurs que l’on veut vraiment, avec l’acrylique c’est plus difficile; chaque médium à ses limites ».

Ses premières toiles datent de 2003 et n’ont pas cessé d’évoluer, tant au niveau du style que de la maturité personnelle de l’artiste. Les premières toiles, de grands serpentins de couleur, font presque penser à des vues aériennes de la planète Terre. La déformation professionnelle de son métier de géologue n’est certainement pas étrangère au sujet de ces toiles.  Sylvie a deux passions dans la vie, la peinture et la géologie, qu’elle a enseigné 5 ans et demi à l’université de Mount Royal, Calgary : « La nature permet de se recentrer », dit-elle.


Le dessin, elle l’a commencé quand elle était enfant. C’est sa mère qui lui a donné un certificat cadeau pour suivre des ateliers de peinture. La couleur, c’est sa vie : « Les couleurs, c’est comme des mots tu peux passer des messages, je serai malheureuse juste en noir et blanc ».


La peinture, c’est aussi une métaphore de l'existence de chacun. Par exemple, « il y a toujours une association entre l’être humain et la rivière pour cette série », explique Sylvie. Elle va même plus loin : « La rivière, c’est un trajet, ton trajet et il n’est pas toujours droit », souligne-t-elle. À l’instar du trajet de vie de quelqu’un, il y a comme le besoin inconscient de mettre sur la toile ses schémas personnels. Une corrélation intéressante se crée alors, entre l’existence de quelqu’un et la métaphore qui s’exprime sur la toile de l’artiste.

Sylvie Pinard  sait mettre en perspective le rapport entre l’influence de son environnement sur notre façon d’être, de vivre; et celle d’une personne sur ce dernier. « Il y a des plantes, des animaux, des insectes, ils sont habitués à leur environnement », précise l’artiste. Mais l’art de Sylvie Pinard traduit avant tout son respect pour la nature. Les nombreux voyages de Sylvie dans l’Arctique canadien ainsi qu’en Norvège lui ont permis d’admirer des paysages surréalistes, où la beauté et le chatoiement  des couleurs paraissaient presque irréels. Tout un défi pour un artiste peintre que de retranscrire avec acuité la splendeur de tels paysages. « Dans la nature, tu es face à toi-même », déclare-t-elle, un moyen efficace pour inciter un artiste à puiser les ressources nécessaires à son processus de création.

Aujourd’hui l’artiste peintre repense à ses peintures. Il y a certaines toiles qu’elle referait différemment, mais la vie va en avançant : « Il n’y a pas d’idées préconçues dans l’art, c’est l’expérience que je veux transmettre », ajoute-t-elle. Sa toile Terre de feux illustre les moments difficiles. Mais les difficultés de la vie sont comme la collusion de tectonique des plaques, crée un nouveau paysage, et donne une nouvelle réalité. Le changement est inéluctable et, à la manière des paysages, ce sont ces difficultés qui façonnent parfois nos vies pour faire de nous les individus que nous sommes aujourd’hui. C’est au travers de son art que Sylvie Pinard a expérimenté cela, tout en ayant une conscience aiguë d’appartenir à un tout : la nature. Et pour cela, elle n’aurait pas choisi de meilleur médium que celui des couleurs.

Exposition à la galerie PAVA du 20 juillet au 10 août.

9524, 87e rue, Edmonton, AB, T6C 3B2

(Photo : Hélène Lequitte)

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Aller au haut