Marie Rose Delorme Smith (1861-1960)

Portrait d’une femme Métis

C'est le 26 mai 2015 que le théâtre de Fort Calgary fait salle comble de passionnés de l'histoire des Métis en Alberta. Doris Jeanne MacKinnon, auteure du livre The Identities of Marie Rose Delorme Smith - Portrait of a Métis Woman 1861-1960 présente alors un diaporama fascinant qui raconte l'histoire de Marie Rose, brave femme Franco-Métis, née à Saint-François-Xavier, région de la Rivière Rouge, durant l'ère du commerce des fourrures.

Son père Urbain Delorme Jr et sa mère Marie Desmarais sont parents de nombreux enfants et Marie Rose est l'aînée des quatre survivants. À l'âge de 16 ans, Marie Rose est vendue en mariage pour 50 $ par sa mère à Charlie Smith, un commerçant de « robe & whisky »  qui fait plus de deux fois son âge. Possiblement d'orgine norvégienne, le nom de famille Smith n'était peut-être pas réellement son nom.

Jeune femme très intelligente, créative, fière et forte, l'avenir réserve une richesse d'aventures et de buts importants dans la vie de Marie Rose. Elle donnera naissance à 17 enfants, établira une maison de pension, développera un homestead, deviendra femme médecine et sage femme ainsi qu'écrivaine-historienne « folk ». En 1948, elle publie plusieurs articles dans le périodique Canadian Cattlemen.


Décédée à l'âge de 99 ans, sa nécrologie dans le Pincher Creek Echo la décrit en tant que femme la plus colorée de la région.

Curieuse d’en savoir plus au sujet de l’auteure Doris Jeanne MacKinnon, candidate au doctorat, voici l’entrevue obtenue par courriel :

Q : Votre lieu de naissance ?

R : Originaire de Saint-Paul, ville connue sous le nom de Saint-Paul-des-Métis jusqu’en 1913.

Q : Avec un nom de famille de MacKinnon, c’était une surprise de vous entendre parler français.

R : Ma langue maternelle est le français; mais sans occasion de le parler, j’en ai perdu l’habitude.

Q : Vous êtes arrivée à Calgary depuis quand?

R : Je suis arrivée à Red Deer en 1985 et je demeure toujours à Red Deer aujourd’hui. Je suis retournée aux études à l’université en 1995. J’ai obtenu mon premier diplôme à Red Deer College, puis ma maîtrise et mon doctorat à l’Université de Calgary, mais j’ai toujours vécu à Red Deer.

Q : Comment avez-vous rencontré Don Smith, ami de la francophonie et historien bien connu à
Calgary ?

R : Don Smith était mon superviseur pour ma maîtrise en histoire et puis il a siégé sur le comité pour mon doctorat.

Q : Pourquoi avez-vous choisi de poursuivre ce sujet pour votre thèse ?

R : Je voulais étudier les Métis et j’étais fatiguée des histoires de Louis Riel. Je me demandais à propos des femmes à la suite de la fin de la traite des fourrures. Comment ont-elles survécu ?  Est-ce que leurs familles leur sont venues en aide ou ont-elles plutôt nuit à leur transition ? Très peu de sources d’informations ou de réponses à ces questions, donc Don Smith a suggéré que je lise Fifty Dollar Bride écrit par la petite-fille de Marie Rose Delorme Smith. Marie Rose avait voulu écrire un livre et sa famille a laissé ses écrits aux archives du musée Glenbow – excellente source d’information pour ma recherche.

Pas tellement de gens publient leur mémoire de maîtrise, mais je crois que l’histoire de Marie Rose est tellement importante. Elle a reconnu qu’elle vivait en un temps important à la fin du commerce de la fourrure et elle a écrit pour les gens qui arriveraient dans le Nord-Ouest après elle. La famille de Marie Rose a été très généreuse avec leurs souvenirs et c’était important pour eux que l’histoire de Marie Rose soit racontée.

Q : Marie Rose était Franco-Métis, pourtant, tous ses écrits sont en anglais. Croyez-vous que c’était par manque de fierté de ses racines francophones ?

R: Ce n’est pas vraiment que Marie Rose n’était pas fière de son identité française ou métis, mais qu’elle était assez intelligente pour reconnaître qu’elle survivrait plus facilement si elle se présentait comme une femme anglaise.

Q : Que pensez-vous de l’idée de produire un film à propos de Marie Rose ?

R : Ce serait extraordinaire ! Quel hommage à cette femme et à sa famille. Oui, ça serait merveilleux!

Effectivement, un projet spécial est présentement en voie de développement à ce sujet.

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Aller au haut