Le Cirque du Soleil raconte un autre XIXe siècle

Depuis le 9 avril et jusqu’au 24 mai, des milliers de spectateurs sont emportés dans un XIXe siècle rétro-futuriste sous le grand chapiteau du Stampede Grounds à Calgary. Conçu et mis en scène par Michel Laprise, KURIOS – Cabinet des curiosités regroupe 46 artistes originaires de 13 pays et constitue la 35e production du Cirque du Soleil depuis 1984.

Le concept scénographique de KURIOS – Cabinet des curiosités situe le spectateur dans un lieu précis, soit le cabinet des curiosités d’un chercheur, rempli d’objets insolites ramenés de voyage. Campé dans ce qu’on pourrait qualifier de futur antérieur, l’environnement scénique fait de nombreux clins d’œil aux débuts de la révolution industrielle du XIXe siècle sans tout à fait s’ancrer dans cette époque. « C’est un peu Jules Verne qui vient à la rencontre de Thomas Edison dans une réalité alternative, hors du temps », explique le scénographe Stéphane Roy.

Dans cette réalité parallèle, c’est plutôt le moteur à vapeur, et non celui à combustion, qui s’est imposé en roi et maître. Le décor évoque le début de l’ère de l’industrialisation, mais comme si les progrès de la science et de la technique avaient bifurqué dans une autre direction en prenant une dimension plus humaine.


Dans un passé décalé et pourtant familier, dans un lieu où le merveilleux se révèle à nous, un chercheur découvre que c’est en fermant les yeux que l’inaccessible cesse de l’être. Dans son cabinet des curiosités, le chercheur est persuadé qu’il existe un monde dissimulé, invisible, où sommeillent les idées les plus folles et les rêves les plus grandioses. Des personnages d’un autre monde débarquent dans son univers fabriqué de bric et de broc. Ces êtres curieux et bienveillants bouleversent son quotidien en y insufflant un soupçon de poésie et une dose d’humour afin d’éveiller son imagination.

C’est alors que les curiosités qui peuplent son cabinet prennent vie une à une sous ses yeux, devant les spectateurs fascinés et captivés par le festin artistique qui éblouit tous les sens ! « J’étais stupéfié par les exploits d’athlétisme aptes à frapper les imaginations, affirme le spectateur Marc Lalonde après le spectacle. Cette performance débordait tellement à chaque coin que, souvent, je souhaitais d’être capable d’arrêter le temps ! »

Costumes époustouflants, musique envoûtante, chorégraphies spectaculaires, l’imagination se fait chatouiller, émerveiller et constamment secouer ! Acrobaties stupéfiantes, éclairage stroboscopique et maquillages chefs-d’œuvre font le lien visuel avec cet univers parallèle magique.

Le concepteur des costumes, Philippe Guillotel, a exploré des formes inhabituelles, un peu à la manière des costumes du Bauhaus et de ceux du père Ubu d’Alfred Jarry, pour faire surgir des personnages surprenants et parfois désopilants.

Plus d’une centaine de costumes ont été confectionnés pour habiller tous les artistes du spectacle. Pour réaliser les habits de l’Homme-accordéon, la costumière a dû passer une semaine à l’intérieur du costume pour le coudre !

M. Microcosmos porte le personnage de Mini Lili (photo ci-contre), son pendant intuitif, à l’intérieur de son costume au moyen d’un baudrier qui ressemble en fait à un porte-bébé. Antanina Satsura, qui incarne le personnage de Mini Lili, mesure 1 m de haut et pèse 18 kg. Elle vit à l’intérieur du manteau de son hôte. Par la porte située sur le ventre de ce dernier, on aperçoit l’intérieur meublé du domicile de la petite dame, qui comprend un fauteuil, un lustre et d’autres nécessités d’une demeure victorienne.

« C’était un spectacle vibrant, engageant et rempli d’énergie, suffisant pour garder l’intérêt de tous les âges, affirme Monique Denis. La petite femme minuscule, ‘‘ça n’s’peut pas papa’’ a étonné les enfants dans la foule ! Les acrobates et les contorsionnistes nous ont gardés sur le bord de nos sièges avec leur prouesse et athlétisme. La musique nous encourageait à taper du pied et à mettre les mains ensemble souvent pour les accompagner. »

Ce spectacle est un éloge à l’imagination et à la curiosité. Dans cet univers bricolé et amalgamé, on assiste à la rencontre de choses préexistantes. « Tous ces objets, qu’il s’agisse d’un clairon ou d’une machine à écrire, arrivent avec leur propre histoire, et c’est dans l’amalgame qu’émerge un nouveau sens. Comme quoi le tout est plus grand que la somme de ses parties », dit Stéphane Roy.

KURIOS – Cabinet des curiosités réunit le talent créateur d’une équipe de 17 concepteurs sous la gouverne artistique de Guy Laliberté (guide) et de Jean-François Bouchard (guide créatif).

Au-dessus d’un océan, des créatures sous-marines multiplient les pirouettes, les bonds et les rebonds, en combinant des figures classiques de trampoline à un langage corporel plus urbain, sur un grand filet recouvrant toute la piste. La tension de celui-ci est ajustée de telle sorte que les artistes debout sur le filet modulent par un mouvement de jambes l’amplitude des bonds et l’effet élastique des sauts des artistes les projetant par moments jusqu’au sommet du chapiteau.

Les personnages et attractions ne cessent de nous émerveiller à chaque moment palpitant de ce spectacle de deux heures (avec pause de 30 minutes). Que vous soyez résidents de la ville ou ailleurs en Alberta, KURIOS - Cabinet des curiosités est un spectacle à ne pas manquer.

 


Quelques faits pour les curieux

  • La scène est composée de 160 panneaux indépendants
  • La main mécanique pèse 340 kg et mesure 4,6 m par 2,1 m D’une hauteur de 3,5 m, la chaise du chercheur est ornée de pièces métalliques recyclées
  • La construction du plancher de scène a représenté un défi technique de taille. Pour reproduire l’effet d’un vrai plancher de bois, une patine 3D a été créée. On a coulé du silicone sur des planches centenaires pour produire un moule dans lequel on a versé du vernis. En tout, 26 couches de peinture et de vernis transparent ont été appliquées en alternance pour obtenir le fini du bois.

Photos : © Martin Girard shootstudio.ca

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Aller au haut