Imprimer cette page

« On n’a rien à prouver nous, on est là pour s’amuser ! »

Du 29 avril au 1er mai, L’Ensemble des sages a donné trois représentations de sa 15e pièce de théâtre au Campus Saint-Jean. Un triple rendez-vous organisé dans le cadre de Plaisir d’apprendre, la semaine d’apprentissage et d’activités de la Fédération des aînés francophones de l’Alberta (FAFA).

« On parlait du 25e de la FAFA et tout à coup je me suis dit : c’est le 15e de la troupe ! » C’est ainsi que France Levasseur-Ouimet, professeure au Campus Saint-Jean (CSJ) et dramaturge, a décidé d’écrire une pièce un peu particulière pour L’Ensemble des sages intitulée Le 15e anniversaire. Étonnamment, rien n’avait été organisé pour le 10e anniversaire de cette troupe amateure principalement constituée de personnes âgées.

Le 15e anniversaire se déroule dans l’arrière-scène très animée d’un théâtre : auditions, entrevues avec des journalistes, rencontres impromptues... Les situations cocasses s’enchaînent à un rythme soutenu. Plus tout jeunes, certains acteurs oublient parfois leur texte mais, quand cela arrive, la metteure en scène se transforme en souffleuse. La pièce glisse de la fiction vers le réel dans la deuxième partie, quand les comédiens évoquent de véritables souvenirs des précédentes pièces et tournées de la troupe.


5000 spectateurs depuis 1999

La plupart des 26 personnes qui se succèdent sur scène n’en sont pas à leur coup d’essai au sein de L’Ensemble des sages. Certains sont même là depuis les débuts qui remontent à 1999. En tout, 84 comédiens ont fait partie de la troupe et ont donné une cinquantaine de représentations devant plus de 5000 spectateurs. À Edmonton bien sûr, mais aussi à Calgary, Plamondon, Legal, Beaumont, Bonnyville, Saint-Albert, Saint-Isidore, Falher et Winnipeg.

« C’est pour le plaisir, c’est pour la mémoire, c’est pour la santé, c’est pour la communauté… », résume France Levasseur-Ouimet en expliquant que, chaque année à l’automne, elle fabrique une pièce sur mesure en fonction des participants. « J’écris de manière à faire sortir les forces de gens. Ils me font toujours confiance : ils ne savent pas quel rôle ils vont avoir ! » Et en général, elle vise juste. En janvier, les comédiens prennent connaissance de leurs personnages et commencent à répéter chaque dimanche jusqu’au spectacle.

« On n’a rien à prouver, on est là pour s’amuser ! », affirme la dramaturge qui écrit par ailleurs pour le Campus Saint-Jean et pour L’Unithéâtre.

 

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Éléments similaires (par tag)