Laurier Fagnan : « Je veux qu’ils retrouvent la magie dans chaque partition » [avec vidéo et diaporama]

Spécialiste de la méthode bel canto et « dictateur bienveillant », Laurier Fagnan a fêté ses 20 ans à la tête de la Chorale-Saint-Jean lors du traditionnel concert de printemps, samedi 11 avril à l’église McDougall d’Edmonton.

Comment êtes-vous devenu directeur de la Chorale Saint-Jean ?

J’ai commencé mes études ici à la Faculté Saint-Jean en 1981. […] J’ai suivi un bac en éducation secondaire avec majeure en musique. Je voulais enseigner la musique dans les écoles parce que j’avais eu un prof qui m’avait beaucoup inspiré tout au long de ma scolarité de 1 à 12 : Laurier Levasseur, le frère de France Levasseur-Ouimet. Mes parents m’ont donné son nom ! […] Ensuite, j’ai suivi des cours de chant au campus nord [de l’Université de l’Alberta]. J’ai beaucoup aimé ça alors j’ai fait un bac en musique. J’y ai rencontré la femme qui est maintenant mon épouse. […] [Plus tard], j’ai fait une maîtrise en pédagogie du chant à l’Université Laval à Québec de 87 à 90.

Je me suis dit que oui, j’aimais chanter, mais je voulais [davantage] enseigner. Je voulais une stabilité familiale… et je n’avais pas vraiment la voix pour être un chanteur classique. En revenant ici, ils venaient de partir un programme en direction chorale au campus nord : une maîtrise puis un doctorat. Albert La France, qui faisait tout le programme de musique [à la Faculté Saint-Jean], m’a appelé et m’a dit : « Ça fait 10 ans que la Chorale Saint-Jean sommeille. Qu’est-ce que tu penserais de la repartir ? ». […]

En 1994, on a commencé avec une petite chorale d’étudiants sur l’heure du dîner. Ce n’était pas vraiment très officiel, on était une douzaine. J’ai parlé avec la doyenne qui était Claudette Tardif et je lui ai dit : « Claudette, j’ai une idée folle. Il n’y a pas assez de monde chez les étudiants pour bâtir toute une chorale mais j’ai beaucoup de requêtes de la communauté pour partir une chorale classique. On pourrait faire une chorale à la fois universitaire et communautaire… » Elle a dit : « Pourquoi pas ? » Tout de suite, ça a collé. La Chorale Saint-Jean telle qu’elle existe maintenant sous ma direction a commencé en 1995. On avait 45 personnes cette première année. […] J’étais chargé de cours avec [uniquement] ce cours-là car je n’avais pas encore commencé mon doctorat (en direction chorale, finalement réalisé entre 1997 et 2005, NDLR). […]


Quel était le sujet de votre thèse ?

C’était de prendre les principes de la méthode bel canto– les principes de vibration, de résonnance et de contrôle du souffle qui sont utilisés en chant solo –, d’adapter ça au chant choral, puis de tester et de quantifier acoustiquement les différences dans le spectre et la justesse. […] Les principes du bel cantoont toujours été basés sur la beauté et l’équilibre du son. […]

Être directeur d’une chorale, ça consiste en quoi ?

Je pense que mon grand travail, c’est un travail d’inspiration. Il faut que les choristes adorent ce qu’ils font autant que moi j’adore ce que je fais. Il faut qu’ils aient un respect sublime pour le chant choral et la partition qu’ils ont devant eux. […] Je veux qu’ils retrouvent la magie  dans chaque partition. J’essaye de chercher un répertoire qui va les « allumer ».

Est-ce vous qui choisissez tous les morceaux à interpréter ?

Oui. J’ai quelques suggestions par ma directrice adjointe [Catherine Kubash] et d’autres personnes mais c’est une partie du travail que j’aime beaucoup. Pour chaque pièce que je choisis, il y en a 20 ou 25 que j’ai mises de côté. […] J’essaye d’avoir une variété qui puise 70% dans le classique mais aussi dans le populaire, le « negro spiritual », le folklorique… […] J’aime aussi commander de nouvelles pièces de compositeurs et d’arrangeurs, au moins une chaque année. France Levasseur-Ouimet a composé peut-être 25 pièces pour nous. On en avait deux samedi [au concert de printemps] : Parlez-moi et Je te retrouve. […]


Vidéo Vincent Tremblay
 

Où avez-vous tourné avec la chorale ?

En 2005, on a fait une tournée au Québec. On a chanté à la basilique Notre-Dame de Montréal et dans plusieurs endroits… Chaque église était pleine. Je pense que les Québécois se disaient : « C’est quoi ça ? Une chorale francophone de l’Alberta ? Ça se peut pas ! » Pour eux, l’Alberta c’était le pétrole, les rednecks. Une partie de notre mandat, c’est d’être ambassadeurs pour la communauté francophone et la visibilité de la francophonie dans l’Ouest canadien.

En 2008, on a fait le 400e anniversaire de la ville de Québec. Il y avait 1 400 choristes. […] La Chorale Saint-Jean avait un spectacle à part parce qu’on faisait l’œuvre de France Levasseur-Ouimet Elles s’appelaient Marie qui raconte la migration des Québécoises vers l’Ouest canadien au début du XXe siècle. […] Une femme souverainiste est venue me voir sur la scène après et m’a pris dans ses bras avec des gros sanglots pendant deux minutes. Elle m’a dit : « Merci d’être venu raconter votre histoire et notre histoire. Je ne la connaissais pas. Je pourrais enfin encore chanter le Ô Canada ». C’était un des grands moments. On peut transmettre des choses par le chant choral qu’on ne peut pas par des discours. […]

En 2011, on a fait une tournée en France et on a chanté à la cathédrale Notre-Dame-de-Paris, [pendant] la messe de midi, le 10 juillet. C’était plein à craquer. La télévision de Radio-Canada nous a suivi et a filmé ça.

Vous tournez aussi en Alberta ?

Oui mais moins qu’on devrait. On est déjà allé à Saint-Paul, à Falher et à Rivière-la-Paix. […]

Quelle est la composition de la chorale aujourd’hui ?

Ça peut varier entre 57 et 70 membres. C’est moitié-moitié d’étudiants et de membres de la communauté. […]

Ça ne doit pas évident de réunir tout ce monde régulièrement… Y a-t-il des répétitions fixes ?

Très fixes oui ! Les chefs de choeur sont comme des… dictateurs bienveillants. Une chorale ne peut pas être une démocratie. […] [Cela dit], je pense que le chef doit devenir une personne qui respecte les autres pour être respecté lui-même. Les gens peuvent venir me voir et faire des suggestions, mais pas tout le temps pendant une répétition. […]

Les répétitions ont lieu les mardis soirs de 19h à 21h30 et, quand on approche d’un concert, on ajoute une ou deux répétitions. Il y a un peu de travail ponctuel en pupitre, c’est-à-dire en section : les sopranos se rencontrent, les ténors se rencontrent… Il y a une certaine rigueur et la présence n’est pas facultative. […] Le travail d’équipe est sacré.

Vous avez invité la chorale Òran samedi dernier. Est-ce que ce genre de collaboration est fréquent ?

Oui. Je pense que le chant choral est fait pour des collaborations. C’est naturel. […] J’invite assez souvent d’autres groupes ou alors nous sommes invités. Au mois de janvier, nous avons chanté avec une chorale slave. [Samedi] avec Òran, on a fait un chant africain avec la danse qu’ils nous avaient enseignée le jeudi, on a fini avec ça en rappel. Eux ont chanté une chanson canadienne française, V’la l’bon vent (cf. notre vidéo). […] Il faut être polyglotte ! […] On a un mandat de faire vivre la musique en français – et on le fait – mais on ne suit pas de formule mathématique. Je fais beaucoup de latin parce que le latin a été très important dans le développement du chant choral. […]

La composition de la chorale a dû beaucoup évoluer en 20 ans.

Si on parle de mes 20 ans, on doit parler de mes deux accompagnatrices au piano qui ont fait dix ans chaque : la première était mon épouse Jane qui a commencé cette belle aventure avec moi. […] La deuxième c’est Dessislava Gavrailova. Elle n’a manqué qu’une répétition en dix ans ! […]

J’ai toujours un noyau de choristes de la communauté qui restent et qui sont fidèles. Certains sont là depuis 10, 15 ou 20 ans. En général, quand on commence la Chorale Saint-Jean, on ne peut pas la quitter… Je barre les portes ! (rires)

 

"D'hier à demain" était le nom du concert de printemps de la chorale du Campus Saint-Jean donné samedi 11 avril à l'église McDougall d'Edmonton. La chorale Òran était invitée.Photos : Vincent Tremblay

Posted by Le Franco (journal) on lundi 13 avril 2015
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Aller au haut