La radio du Banff Centre remplacée par des podcasts

Le Banff Centre, qui héberge la radio communautaire, a décidé de rendre ses licences au Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes. Une nouvelle stratégie à base de podcasts prendra le relais avec, espère-t-on, des programmes francophones.

« La révocation de la licence de la radio du Banff Centre est un choc pour l’ACFA régionale de Canmore-Banff. Tout en assurant la transmission d’une variété d’informations importantes aux visiteurs francophones du parc, celle-ci servait de moyen de communication et de diffusion des activités et opportunités offertes aux francophones et francophiles de la région », regrette Geneviève Poulin, vice-présidente de l’Association française-canadienne régionale de Canmore-Banff.

Lancée en juin 2014, la radio communautaire de Banff diffusera sa dernière émission en direct le 27 février.  « C’était une décision difficile pour nous », admet Carolyn Warren, la vice-présidente du Banff Centre, côté artistique. Le contexte économique permet d’expliquer cette décision, mais ce n’est pas l’unique raison. « Les licences pour le 101 et le 103 (respectivement anglophone et francophone, NDLR) étaient assez limitées au niveau du mandat. En principe, on était supposé évoquer des questions d’intérêt pour les touristes du parc national : […] un contenu autour de la faune, de la flore, du ski, de la randonnée… Auparavant, ces deux chaînes étaient dirigées par Parcs Canada. »


Le Banff Centre avait donc envie de produire des contenus plus en accord avec son activité artistique. « Ça ne veut  pas dire qu’il n’y aura aucun storytellingautour de la montagne, cela fait partie de qui on est », nuance cependant la vice-présidente.

Les deux chaînes de radio 101.1 et 103.3 seront remplacées par des podcasts (fichiers audio ou vidéo téléchargeables via internet), dont le format et le contenu reste à établir. Les précédentes émissions seront par ailleurs disponibles en podcast. Une chaîne 107.9 devrait voir le jour l’année prochaine.

Si aucun emploi à temps à plein n’a été détruit, quatre postes contractuels ont été supprimés, notamment celui de producteur francophone. Pour autant, Carolyn Warren se dit « très intéressée de continuer à produire un contenu robuste pour des auditeurs francophones », d’autant plus que le centre accueille régulièrement des artistes francophones tels que Robert Lepage l’année dernière ou Marie Chouinard en mars prochain. De futurs recrutements pourraient avoir lieu dans le futur « pour bâtir la stratégie de podcasting. »

Photo : courtoisie Banff Centre

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Aller au haut